Plate-forme d'information sur le Rif et l'Afrique du Nord.

Les derniers articles

Post Top Ad

mercredi 24 avril 2019

Luis de Oteyza, le journaliste qui a interviewé Abd-el-Krim

Le journaliste Luis de Oteyza lors de l'entretien avec Abd-el-Krim en août 1922


Luis de Oteyza était l'un des premiers journalistes à avoir interviewé Abd-el-Krim, c'était le 8 août 1922, un an après la bataille d'Anoual qui a coûté la vie à plus de 10000 soldats espagnols. Ainsi Oteyza a brisé les moules et les conventions du journalisme espagnol en faisant une interview avec l'ennemi numéro un de l'Espagne.

Pour Antonio Rubio (Melilla, 1951), Kapuscinski est une référence du journalisme d'investigation et ses articles, des manuels à étudier pour être un vrai journaliste, pour comprendre en quoi consiste et comment s'exerce le métier, quels sont les vertus et les défauts d'un professionnel de l'information et quels sont les pas qu'il faut suivre pour montrer et démontrer la vérité cachée sous les tapis du pouvoir. C'était l’héritage laissé par le journaliste polonais pour la postérité, et aussi Luis de Oteyza (Zafra, Badajoz, 1883 - Caracas, 1961), le "Kapuscinski espagnol", comme il définit le même Rubio dans son livre "Luis de Oteyza y el oficio de investigar" ["Luis de Oteyza et le métier d'enquêter", inédit en français].
C'était le 8 août 1922, un an après le désastre d'Anoual, quand Oteyza a brisé les moules et les conventions du journalisme espagnol. Ce jour-là, elle a été publiée dans le journal "La Libertad", la rencontre du journaliste avec Abd-el-Krim, le principal opposant à la colonisation du Maroc et l'organisateur du soulèvement du Rif.
Ce soulèvement a provoqué l'échec de l'armée du Général Manuel Fernandez Silvestre et la mort de 10 000 Espagnols et 492 autres ont été emprisonnés. De ce dernier chiffre, seuls 357 ont survécu et sont rentrés chez eux le 23 janvier 1923, lorsque Abd-el-Krim a conclu avec l'homme d'affaires basque Horacio Echevarrieta leur libération en échange de quatre millions de pesetas et de 270 000 autres à titre "d'attentions aux transports et autres diverses causes", et la libération de 40 indigènes qui sont restés prisonniers des forces espagnoles.
Entretien avec l'ennemi
"C’est l’heure tranquille où l’après-midi se rafraîchit, et l’endroit est agréable, l’une des galeries de la maison de Mohamed Azarkan, ouverte sur le vert de la Vega et le bleu de la mer et du ciel. Avec le "Pajarito", qui en mon honneur il les a convoqués, ils m'entourent le jeune homme Abd-el-Krim, Mohammedi Ben Hadj, son assistant au ministère d'État, le Maal-lem, le chef des gardes de la mer, Abd-el-Krim Ben Siam, le deuxième d'Abd-Salam au ministère de l’Intérieur et Mohamed Quijote, le commandant de l’artillerie. Nous parlons, ou comme -eux- ils disent de manière onomatopéique, nous nous livrons au chau-chau. Le moment et l’occasion sont propices pour l’obtention de rapports", disaient les premières lignes de cet entretien découvrant à quoi ressemblait réellement l'ennemi numéro un du pays.

Le Général Felipe Navarro, prisonnnier au Rif avec Luis de Oteyza à Ajdir en 1922. DÍAZ CASARIEGO /EFE

Incisif, cordial et direct, le directeur de l'époque du journal "La Libertad" parvient à aborder avec d'Abd-el-Krim des sujets comme son séjour dans la prison de Rostrogordo, le projet d'indépendance pour son peuple, la possibilité de signer la paix avec l'Espagne, l'élaboration de l'attaque contre Igueriben ou son opinion sur les prisonniers espagnols du Rif.
Des sujets qui ont été immortalisés non seulement par les mots imprimés, mais également par les photos tournées par Alfonso Sánchez Portela, Alfonsito, et qui ont démontré qu'Oteyza avait été et avait informé depuis là-bas. Pur journalisme. "Les prisonniers arrivent en Espagne, entre autres questions, parce que Luis de Oteyza est capable d'arriver jusqu'à Ajdir, dénoncer les faits, documenter et accréditer la forme et la manière dont ils ont vécu. Il s'est rendu jusqu'à là-bas pour dénoncer comment ils étaient, pourquoi ils étaient tombés prisonniers et quels étaient les accords avec Abd-el-Krim qui n'ont pas été remplis. Cela a provoqué une réaction de la société espagnole qui a réclamé le retour des prisonniers. Oteyza l'a fait avec l'intention de changer quelque chose, comme le maître Kapuscinski dit à plusieurs reprises ", pointe le journaliste Antonio Rubio.
Des journaux comme des livres d'histoire
Comme témoin de son époque, son information provenait de l'emplacement exact des événements. Voir, écrire et publier. C’était sa devise, c'était également celui qui a amené la société à connaître en détail des épisodes de l’histoire espagnole, comme la grève de Riotinto, les grèves générales qui ont eu lieu pendant 1930 ou la face inconnue du Rif. "L’Histoire de l’Espagne est écrite fondamentalement par les journaux eux-mêmes. Les journalistes sont des historiens du présent. C’est-à-dire, les historiens et les journalistes d’investigation sont des cousins ​​germains. Les uns travaillent avec des histoires primaires et secondaires et d’autres avec des sources secondaires, et une partie de ces sources secondaires sont les journaux eux-mêmes", nuance l'auteur du livre.
C'est dans le désastre d'Anoual où on peut trouver des réponses sur ce qui a marqué l'histoire de ces dernières années. "Tout ce qui nous est arrivé au cours des 80-90 dernières années provient précisément d'Anoual. Primo de Rivera ou Francisco Franco ont été formés d'une manière ou d'une autre en Afrique. Contrairement à la façon dont les Français l'ont fait, nous n'y avons rien laissé de positif, ou rien que nous ne tirions profit de quelque manière que ce soit. L’Espagne n’a pas de politique étrangère il y a plusieurs années et continue sans l'avoir".
Tout au long de cette reconstruction de la vie du journaliste, pas comme un homme du passé mais comme "un homme du présent", le lecteur découvre l'évolution et les changements qui influencent Oteyza. Journaliste d'investigation, de voyages ou "de patas" -comme il se référe à lui l'écrivain Pío Baroja- et homme politique. C'est entre 1933 et 1936 qu'Oteyza devient ministre plénipotentiaire d'Espagne au Venezuela et informe le gouvernement de tout ce qui s'y passe. "Ses reportages en tant que ministre de Caracas n'avaient pas le style d'un ambassadeur espagnol typique, mais étaient d'authentiques chroniques et reportages sur ce qui se passait au Venezuela", indique Rubio, pour qui l'idée qu'un politicien devient journaliste n'est pas si éloignée non plus. "Vous devez comprendre que peut-être qu'à cette époque les relations entre les politiciens et les journalistes étaient plus étroites et de nombreux journalistes ont fini par être des politiciens. Lui, d'une certaine façon c'est un militant de ses idées et essaie de les concrétiser d'abord dans un journal, puis dans une attitude politique".
Bien qu'il ait vécu au Venezuela jusqu'à la fin de ses jours, Oteyza n'a jamais cessé de s'impliquer et de défendre les affaires de son pays d'origine. "Le sentiment de patrie et d’État qu'aurait pu avoir Luis de Oteyza serait le même que celui de Manuel Chaves Nogales.
Quand il commence à voir, comme pour Chaves Nogales, que ni l'un ni l'autre n'ont vraiment aimé l'Espagne mais se sont confrontés et qu'en quelque sorte ils l'ont détruite, il quitte l'Espagne désillusionné, énervé, pour ce qu'il pouvait être et n'est pas arrivé à le devenir. Oteyza était le premier espagnol, puis un journaliste et plus tard un citoyen."


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Post Top Ad

Your Ad Spot

Pages