Maroc: Naoual BENAISSA dénonce une décision arbitraire derrière son interdiction de sortie du territoire - Courrier du Rif

Plate-forme d'information sur le Rif et l'Afrique du Nord

Les derniers articles

natif

dimanche 14 avril 2019

Maroc: Naoual BENAISSA dénonce une décision arbitraire derrière son interdiction de sortie du territoire

Fadel Senna/Getty Images
Naoual BENAISSA dénonce une décision arbitraire derrière son interdiction de sortie du territoire et la volonté de faire plier la rifaine combattante qu'elle est.

Contactée par nos soins, Naoual BENAISSA est revenue sur sa mésaventure de ce vendredi 12 avril 2019 et a donné sa version de ce qui s’était passé. Elle a déclaré, que tôt ce matin, accompagnée de son fils, 5 ans, elle avait un voyage à destination d’Amsterdam, où elle devait participer à une conférence, invitée par la députée Sadet Karabulut, du parti socialiste néerlandais. Tout se passait normalement. Fatiguée d’un voyage de plus de 2 heures (126,0 km) d’Al Hoceima à l’aéroport Nador-Aroui. Une fois arrivée à l’aéroport, elle a déclaré ressentir que quelque chose allait se passer. Elle avait un drôle de sentiment qu’elle était surveillée. Elle s’est présentée au guichet de la compagnie aérienne Airarabia pour obtenir sa carte d’embarquement prévue à 8H heure de Nador. Arrivée aux services des Douanes et de la Police aux frontières pour le contrôle manuel des passeports. Elle présente son passeport, et celui de son fils, l’agent lui notifie qu’il y a un problème. Elle est interdite de sortie de territoire. Sans en dire plus. Étonnée, Naoual a insisté pour connaître la nature du problème. Elle a annoncé à l’agent de la PAF que son passeport et celui de son fils étaient valables jusqu’en 2023. D'autres part le jugement la condamnant à de 10 mois de prison en sursis, ne prévoit rien concernant la sortie de territoire. Pour étayer ce détail, elle avait sur elle le jugement. Elle a déclaré à l’agent de la PAF qu’elle s’est présentée à l’ambassade des Pays-Bas, elle a eu son visas, et il n y’a pas eu aucun problème.

Devant son insistance et sa protestation vigoureuse, pour cerner le problème et savoir ce qu’on lui reproche au juste, l’agent de la PAF l’informe qu’elle ne fait qu’exécuter des ordres venant d’en haut. Alertés, deux autres agents se sont présenté, dont un, le supérieur hiérarchique. Celui-ci ,lui notifie la même mesure. Elle la convoque dans son bureau pour lui montrer sa bonne foi. En présence de 4 autres agents qui étaient présents dans le bureau, le chef du service réitère la même explication avec un détail de plus. Son passeport et celui de son fils ont été invalidés et qu’elle est formellement interdite de sortie de territoire sur ordre du ministère de l’intérieur. L’agent de la PAF n’a rien dit de plus. Il a tenu à lui montrer cette mesure affichée sur son ordinateur.A rappeler que la date du jour même.

Naoual n’a rien lâché, déterminée à aller jusqu'au bout . Elle a continué protester et exprimer sa colère contre ce qu’elle a jugé comme de l’arbitraire et un antirifanisme primaire, et ce dans l’espoir de trouver une oreille attentive auprès des services de la PAF. En vain. A la fin, face à la logique de la force, et de l'arbitraire, elle a été raccompagnée de force à l’extérieur de l’aérogare. Elle a finit par rebrousser chemin à destination d'Al Hoceima

Pour elle, cette interdiction est illégale, elle s’apparentait à l’intimidation et a la volonté politique de l’empêcher de circuler librement et de perturber ses activités ayant pour objectif de faire connaître la cause du RIF. La seule motivation de cette mesure restrictive de liberté est la volonté politique des hautes autorités marocaines de l’empêcher de s’exprimer, d’autant plus qu’elle était invitée à participer à une conférence aux Pays-Bas organisée par le Parti socialiste néerlandais (PS) sur le thème de l’inégalité dans le monde et de la lutte pour la justice sociale, à l’occasion de la journée de la paix.
Naoual dérange et cette mesure vise à limiter sa capacité de nuisance. Il faut noter que Naoual avait déjà été invitée en mois de novembre 2018 par Amnesty International, à l’occasion du lancement de son rapport annuel 2018, pour participer à la campagne mondiale annuelle de mobilisation pour des personnes persécutées en raison de leur combat pour les droits humains et témoigner de la lutte des femmes dans le RIF.

Naoual se dit déterminée et affirme que rien au monde ne pourra l'empêcher de poursuivre sa lutte et de continuer à exprimer sa voix pour faire connaître les luttes dans le RIF.

L'activiste rifaine du Hirak Naoual Benaissa explique pourquoi la police lui a interdit la sortie du Maroc. C'est le ministre de l'intérieur (en fait la DST, police politique), et non pas la justice qui l'a décidé.




Par Watch Rif




Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Post Top Ad

Your Ad Spot

Pages