HOMMAGE. "Le Dr Fekhar est mort parce qu'il voulait vivre libre" - Courrier du Rif

Plate-forme d'information sur le Rif et l'Afrique du Nord

Les derniers articles

natif

mardi 28 mai 2019

HOMMAGE. "Le Dr Fekhar est mort parce qu'il voulait vivre libre"

Kamel Eddine Fakhar. ©DR
L'écrivain Yasmina Khadra a rendu un vibrant hommage à Kamel eddine Fekhar dans un texte qu'il a publié sur Facebook.

"Kamel Eddine Fekhar est mort en détention. Il ne fêtera pas l'Aïd avec ses enfants, ni avec ses proches ni avec ses amis. Il est mort parce qu'il voulait vivre libre, dans un pays libre et digne de ses martyrs.

Je ne connaissais pas ce militant du FFS, j'ignore s'il était bon ou pas, je sais seulement qu'il était Algérien et qu'il militait pour ce qu'il estimait être juste.

Dans un monde où il devient normal de mourir pour ses idées, finir au bout d'une interminable grève de la faim est un affront pour chaque jeûneur qui rompt l'épreuve du jour à l'heure du ftour.




A croire qu'on n'a plus d'empathie, plus de responsabilité. Un homme s'interdit de se nourrir pour que nous puissions jouir pleinement de nos droits ne doit pas disparaître comme une volute de fumée, comme s'il n'avait jamais existé.

Ce serait l'achever deux fois. Ce serait l'achever tous les jours et toutes les nuits. Ce serait renier nos valeurs et renoncer à nos rêves dans la même foulée.

Plus personne ne doit mourir lorsque la révolution se veut pacifique. Plus personne ne doit se faire arrêter simplement parce qu'elle rejoint la marche salutaire de tout un peuple exemplaire de retenue et de présence d'esprit.

Plus aucune femme ne doit être humiliée dans les locaux d'un commissariat algérien, plus aucun étudiant ne doit être "ratonné" dans sa propre rue comme furent voués aux ratonnades son grand-père, ses grand-oncles et les preux Algériens d'hier.

L'Algérie a été toujours contrainte de naître aux forceps. Dans la douleur et le sang. Dans les larmes de ses veuves et de ses orphelins. Aujourd'hui, l'Algérie veut naître au monde comme une aurore boréale. Naturellement. Magnifiquement. Aux peines d'hier, elle promet les joies de demain.

Au sang des champs d'honneur, elle promet la sève de ses vergers en fleur. Aux larmes de veuves, elle promet la sueur des fronts volontaires, la sueur des bâtisseurs plus sucrée que le nectar, plus féconde que les pluies d'avril.

Aussi, pas de morts, pas d'arrestations arbitraires non justifiées, pas de heurts stupides, pas de malheurs inutiles. Puisque nous marchons sans agresser personne, sans vandaliser quoi que ce soit, sans réclamer autre chose qu'une part du bonheur.

Puisque nous refusons des prolongations à un combat gagné haut la main. Puisque demain nous appartient déjà."


Par Yasmina Khadra

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Post Top Ad

Your Ad Spot

Pages