Les nouvelles d'une reddition imminente d'Abd-el-Krim dans la presse française - Courrier du Rif

Plate-forme d'information sur le Rif et l'Afrique du Nord

Les derniers articles

natif

vendredi 24 mai 2019

Les nouvelles d'une reddition imminente d'Abd-el-Krim dans la presse française

Capture d'écran de l'article La Gazettede Biarritz-Bayonne


Un article publié le 25 mai 1926 dans La Gazette de Biarritz-Bayonne et Saint-Jean-de-Luz. L'article montre l'enthousiasme de la presse française après avoir appris les nouvelles d'une reddition imminente du chef rifain Abd-el-Krim.



La démarche d'Abd-el-Krim
Le chef riffain demande-t-il "l'aman" sans conditions en s'en remettant à notre générosité ? - Pour être généreux, il sied de n'être plus dupes.

La demeure d’Abd-el-Krim aurait été incendiée

Madrid - D'après des renseignements particuliers, des indigènes auraient incendié la demeure d'Abd-el-Krim, à Tamasint. Des groupes de rebelles auraient même tenté de s’emparer du chef rebelle. La tribu des Boucouya est rentrée en soumission.

La rébellion s’effondre

Madrid - Le général Primo de Rivera a déclaré aux journalistes que la rébellion au Maroc s'effondrait plus vite qu’on ne l'avait espéré. Le général a eu dans l'après-midi et dans la soirée de longs entretiens avec ie général San-Jurjo.

La démarche d’Abd-el-Krim

Paris - Il est peu probable qu'il s’agisse d’une capitulation pure et simple. Abd-el-Krim cherche à reprendre les pourparlers d'Oujda a la suite de notre brillante offensive. Par l’intermédiaire de M. Parent, délégué sanitaire, il a fait remettre une lettre autographe à M. Steeg. Le résident général de France au Maroc se trouvait en ce moment à Fez. Le contenu de la missive du chef riffain a aussi tôt été télégraphié à Paris.

M. Briand, qui était allé prendre quelques jours de repos à Cocherel, a été immédiatement avisé.
S’agit-il cette lois, d’une capitulation pure et simple d'Abd-el-Krim ? Demande-t-il l’aman ? S'en remet-il sans autre forme à la France et à l’Espagne ? Nous ne le croyons pas, car l'orgueil ne doit pas avoir disparu chez le chef rebelle.

Toutefois, les nouvelles offres d'Abd-el-Krim doivent renfermer un certain intérêt supérieur aux précédentes, puisque le Gouvernement a décidé de les étudier ce matin, en Conseil.

L’émir aurait écrit aussi au Général San-Jurjo

Madrid - Abd-el-Krim aurait écrit simultanément à M. Steeg et au général San-Jurjo. On suppose qu’il parle de paix.

La presse et la démarche d’Abd-el-Krim

Paris - Les journaux consacrent une large place aux dernières nouvelles du Maroc, que tous commentent longuement. Ils précisent qu’Abd-el-Krim a fait tenir à M. Steeg deux lettres dans lesquelles il déclare s’en remettre à la générosité du Gouvernement français.

Tous sont d’accord pour déclarer que la France et l’Espagne, en complet accord, doivent se souvenir de la perfidie du chef riffain, avec lequel il ne peut plus être question de négocier. Le «Petit Parisien» écrit que nous sommes maintenant prévenus pour ne pas nous laisser duper par un simple geste, qui peut dissimuler une nouvelle et ultime manœuvre. Pour le «Journal», l’attitude de la France et de l'Espagne doit être d’exiger la complète soumission immédiate d’Abd-el-Krim.

C’est également l’avis de l'«Œuvre».

«L’Avenir» prévoit qu’Abd-el-Krim va de nouveau chercher à dissocier la France et l’Espagne.

«l’Ere Nouvelle» se réjouit de notre victoire et déclare qu’un pays qui, en pleine crise monétaire, a pu réaliser une telle victoire ne doit pas désespérer de l'avenir.

Le «Figaro» déclare qu'il ne saurait être question de négocier avec le chef rebelle, qui n’a plus l’appui que de quelques tribus.

«Excelsior» et «l'Echo de Paris» demandent à ce que l’on ne commence pas la comédie d'Oujda.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Post Top Ad

Your Ad Spot

Pages