Opinion | La « culture de la révolte » chez les Rifains - Courrier du Rif

Plate-forme d'information sur le Rif et l'Afrique du Nord

Les derniers articles

natif

dimanche 19 mai 2019

Opinion | La « culture de la révolte » chez les Rifains

Al Hoceima. 27 mai 2017/ AFP
Le Makhzen affirme que le Rif est une région frondeuse, avec une culture de la révolte, qui ne se soumet pas. Mais d'où viennent cette "culture" et cet esprit de Révolte ? D'ailleurs Pierre Dumas, homme politique, écrivain et résistant français affirmait que les Rifains sont des "guerriers incomparables, mais incapables de supporter une autorité qui ne provient pas de leurs élus".

En remontant le temps et l'histoire du Rif, on trouve que la toute première révolte a eu lieu en 39 après J-C, mené par un Amazigh rifain du nom d'Aedemon, qui rentrait de Lugdunum (actuelle Lyon) et où le roi rifain qui l'avait affranchi venait d'être assassiné par l'empereur Romain Caligula. Une révolte dans le Rif qui dura 4 ans avec des massacres et des batailles et finit par la mort d'Aedemon mais l'obtention d'un statut spécial de la région (peu de militarisation, la langue reste inchangé etc.) pour éviter d'autres révoltes.

Ainsi chaque peuple ayant tenté de contrôler ou d'envahir la région ne put le faire totalement sinon en affrontant les révoltes. Ainsi lorsque les Almohades prennent le pouvoir et créent un commandement à Ceuta uniquement pour surveiller le Rif. Ceci sera très mal vu et les Rifains qui n'hésitent pas à soutenir les Mérinides et leur offre leur 1ère victoire qui sera décisive contre les Almohades sur les côtes du Rif. 

On trouve plusieurs Révoltes sous les Saadiens, mais ce sera sous la dynastie Alaouite qu'un nouveau cap sera franchi. Après les prises de Tanger et Larache aux anglais par des armées rifaines dirigées par Ali ben Abdallah Er-Rifi, la situation ne cessera de se détériorer entre la Dynastie Alaouite et les Rifains. Le 19ème et 20ème siècle connaitront un tournant : 

Suite aux expéditions punitives du roi contre les Rifains qui harcelaient les espagnols à Melilla, les razzias en mer contre les européens et la collecte de l'impôt, un sentiment de séparatisme apparait dans le Rif à la fin du 19ème siècle. Les 2 guerres dans le Rif (1908-1912 sous Ameziane et 1920-1926 sous El Khattabi)  et le refus de l'Etat à aider la résistance signera le divorce final entre le Makhzen et le Rif. 

Les révoltes de 1958-59 et 1984 qui étaient surtout sociales ont creusé encore plus le fossé, les personnes les ayant vécu sont encore en vie et témoignent de l’horreur.

Avec un recul plus historique on peut comprendre qu’il n’y a pas de « culture » de la révolte mais simplement une réponse des habitants qui ne supportent pas le mépris et l’injustice à leur égard. Cette « culture de la révolte » n’est vraiment alimentée que par le Makhzen comme récemment les arrestations et les peines de prison données aux manifestants demandant des droits sociaux. 

Par Moha Afel

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Post Top Ad

Your Ad Spot

Pages