Espagne: enquête judiciaire sur un probable blanchiment d'argent de la part des épouses de responsables marocains - Courrier du Rif

Plate-forme d'information sur le Rif et l'Afrique du Nord

Les derniers articles

natif

mardi 11 juin 2019

Espagne: enquête judiciaire sur un probable blanchiment d'argent de la part des épouses de responsables marocains

Capture d'écran de l'article du qutidien "El Mundo"


Une enquête judiciaire en Espagne révèle que l'argent de la DGED (service de renseignements et de contre-espionnage marocain) pour payer ses informateurs en Europe a été détourné par ses propres agents. Selon le quotidien "El Mundo" qui a publié l'information, cet argent a été déposé sur les comptes bancaires des épouses de ces agents, qui l'ont blanchi en l'investissant dans des agences de voyage et des sociétés fantômes en Catalogne.


Un dossier d'instruction ouvert au parquet d'Igualada, une ville du centre de la Catalogne, a mis à découvert un vaste réseau de détournement de fonds publics marocains opéré par plusieurs responsables et agents de la DGED (service de renseignements et de contre-espionnage marocain).

Sous couvert de subventions de l’Etat marocain pour ses communautés installées à l’étranger, la DGED envoyait de l’argent pour payer ses informateurs (chekamas) en Espagne. Or, une partie de cette manne financière a été détournée et a fini dans les poches de ceux qui avaient la charge de la distribuer.

Selon le quotidien "El Mundo" qui a publié cet info, cet argent a été déposé sur les comptes bancaires des épouses de ces agents, qui l'ont blanchi en l'investissant dans des agences de voyage et des sociétés fantômes en Catalogne.

L'enquête ouverte après la plainte de Mimon Jalich, responsable d'une association qui s'est depuis retirée de l'accusation après sa convocation par la DGED à Rabat (ce qui n'a pas empêché le parquet de continuer ses investigations), a identifié plusieurs noms de bénéficiaires :

1. La dentiste Naïma Lamalmi, épouse d'un chef de la DGED à Rabat : Mohamed Belahrech, le responsable chargé des mosquées et des imams en Europe dans ce service de renseignement.

2. Naziha El Montasser, épouse d'Abdellah Boussouf, "historien" et secrétaire général du Conseil de la communauté marocaine à l'étranger (CCME). Selon "El Mundo", c'est lui qui se chargeait de la distribution d'une partie de l'argent en Espagne.

3. Atiqa Bouhouria, épouse de Noureddine Ziani, espion marocain de la DGED, débusqué et expulsé d'Espagne en urgence absolue en 2013 parce qu'il constituait "une menace pour la sécurité du pays".

Naïma Lamalni et Naziha El Montasser apparaissent dans des documents administratifs espagnols comme résidant au domicile de Atiqa Bouhouria ep. Ziani, rue Generalitat de Catalunya à Barcelone, alors qu’elles n'habitent pas en Espagne.

Curieusement, selon "El Mundo", les noms de Belahrech, de Boussouf et de l’espion Ziani apparaissent comme "enregistrés" comme propriétaires d'une agence de voyage de Rabat, "Elysées Travels ».

Au delà de ce détournement de fonds publics, cette affaire a permis de dévoiler plusieurs autres noms du monde obscur des services secrets. Celui de Mustapha El Mouahidi, colonel de la DGED, en poste au consulat général du Maroc à Barcelone (antenne très importante de la DGED en Espagne) jusqu’en 2009. Cette escroquerie n’a pu être menée à bien sans qu'il ne soit tenu au courant. El Mouahidi est l'officier marocain qui a monté un réseau d’espions et d’informateurs en Catalogne, une toile d'araignée qui s'est élargie par la suite dans le reste de l'Espagne.

L’autre nom qui apparait dans le dossier est celui de l’Espagnol musulman de Melilla, Mohamed Khalifa. « El Gordo Jalifa », comme l’appellent certains, est un homme d’Ilias El Omari dans l’enclave espagnole. Les Espagnols le considèrent comme un agent intermédiaire entre la DGED et les Marocains d’Espagne. C'est Khalifa qui a exigé de Mimon Jalich de se rendre immédiatement à Rabat.

Enfin, un effet collatéral de cette affaire : l’implication du secrétaire général du CCME, Abdellah Boussouf, dans ce détournement de fonds pose quelques interrogations sur la nature exacte de cet organisme étatique dirigé par l’ancien opposant Driss El Yazami, et dont on ne sait plus s'il est contrôlé ou simplement noyauté par la DGED.

Par Ali Lmrabet



Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Post Top Ad

Your Ad Spot

Pages