Le Maroc et le Brésil appellent à renforcer les efforts pour la démocratie au Venezuela - Courrier du Rif

Plate-forme d'information sur le Rif et l'Afrique du Nord

Les derniers articles

natif

samedi 15 juin 2019

Le Maroc et le Brésil appellent à renforcer les efforts pour la démocratie au Venezuela

Mohamed Six et Bolsonaro/ DR

Le Maroc et le Brésil appellent à renforcer les efforts pour la démocratie au Venezuela et à "ouvrir la voie aux Vénézuéliens pour construire leur propre avenir". Charité bien ordonnée commence par soi-même, apparement ce proverbe n'existe pas dans le jargon du régime marocain ni également dans le jargon du Brésil de Bolsonaro.


Les ministres des Affaires étrangères du Brésil, Ernesto Araújo, et du Maroc, Nasser Bourita, ont exhorté jeudi la communauté internationale à poursuivre ses efforts en faveur du "rétablissement de la démocratie" au Venezuela, rapporte l'agence espagnole EFE.

"C'est un problème qu'il faut résoudre en Amérique du Sud et le Maroc apporte un soutien efficace" au président de l'Assemblée Nationale du Venezuela, Juan Guaidó, reconnu par les deux pays comme président "légitime et intérimaire" de cette nation, a déclaré Araújo à Bourita, qui était en visite officielle au Brésil.

Cité par EFE, Bourita a déclaré que "la position du Brésil sur cette question est très importante pour le Maroc" et que "la transition politique au Venezuela doit également être pacifique" et "ouvrir la voie aux Vénézuéliens pour construire leur propre avenir".

Mais -si l'on veut faire un simple commentaire-, la question qui se pose, comment le régime marocain se permet-il de donner des leçon de moral et de démocratie aux autres alors que lui-même est un régime autoritaire et non démocratique ? Si environ 3,4 millions de Vénézuéliens ont fui leur pays à cause de régime du Maduro, au Maroc également, des centaines de milliers de manifestants, de jeunes et d'anciens prisonniers politiques ont fui le Maroc, rien que ces deux dernières années, à cause de la répression et des procès politiques. On peut dire la même chose de gouvernement de Bolsonaro qui est un président de l'extrême droite, raciste, xénophobe, sexiste dont il fait face ces derniers jours à un mouvement de contestation dans plusieurs centaines de municipalités brésiliennes pour protester contre les coupes budgétaires dans l’éducation.



F.B


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Post Top Ad

Pages