Le Maroc utilise des logiciels espions israéliens contre la société civile - Courrier du Rif

Plate-forme d'information sur le Rif et l'Afrique du Nord

Les derniers articles

natif

mercredi 19 juin 2019

Le Maroc utilise des logiciels espions israéliens contre la société civile

 Le Maroc est accusé de violer les libertés de ses citoyens et des activistes. Istock.

Dans un rapport préparé par le rapporteur sur le droit de rassemblement et d'association et celui sur la liberté d'opinion et d'expression, le Maroc est accusé d'espionnage sur des militants des droits de l'homme en utilisant des logiciels israéliens.

Le rapport, qui devrait être présenté à la 41e session du Conseil des droits de l'homme des Nations unies à Genève accuse le Maroc, ainsi que d'autres pays de la région et du monde, de l'utilisation arbitraire de logiciels d'espionnage, comme la technologie de surveillance "FinFisher" ou encore le groupe d'espionnage Pegasus pour lancer des attaques contre des acteurs de la société civile, indique le site du journal Akhbar Al Yaoum qui dit avoir reçu une copie du rapport.



Le rapporteur de l'ONU a déclaré que des rapports très fiables reliaient le logiciel Pegasus avec des attaques contre des activistes et des défenseurs des droits de l'homme à Bahreïn, au Kazakhstan, au Mexique, au Maroc, en Arabie Saoudite, aux Émirats arabes unis et dans d'autres pays. Ces attaques permettent de pirater, de surveiller les contacts des personnes ciblées et de suivre leurs positions et leurs activités.

Le rapporteur des Nations unies a classé le Maroc dans son rapport parmi les pays où "les violations des droits de l'homme sont généralisées", aux côtés d'autres pays d'Afrique du Nord et du Moyen-Orient, indique Akhbar Al Yaoum.

Il convient de souligner que des chercheurs du Citizen Lab (un laboratoire interdisciplinaire basé à la Munk School of Global Affairs de l’Université de Toronto) avaient identifié 45 pays où les opérateurs de l'entreprise israélienne de sécurité informatique, group Pegasus, utilisent un logiciel espion qui vise les militants et les activistes de la société civile. Le Maroc en fait partie. 

« Nous avons trouvé des infections de NSO Pegasus associés à 33 des 36 opérateurs Pegasus. Nous avons identifié 45 pays : Algérie, Bahrein, Bangladesh, Brésil, Canada, Côte d’Ivoire, Égypte, France, Grèce, Inde, Irak, Israël, Jordanie, Kazakhstan, Kenya, Kuwait, Kyrgyzstan, Lettonie, Liban, Libye, Mexique, Maroc, les Pays-Bas, Oman, Pakistan, Palestine, Pologne, Qatar, Rwanda, Arabie Saoudite, Singapour, Afrique du Sud, Suisse, Tadjikistan, Thaïlande, Togo, Tunisie, Turquie, les Émirats arabes unis, Ouganda, le Royaume-Uni, les États-Unis, Ouzbékistan, Yémen, et la Zambie », avaient précisé les chercheurs de Citizen Lab dans le rapport.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Post Top Ad

Pages