Un espion espagnol raconte ses souvenirs d'espionnage dans un livre - Courrier du Rif

Plate-forme d'information sur le Rif et l'Afrique du Nord

Les derniers articles

natif

samedi 1 juin 2019

Un espion espagnol raconte ses souvenirs d'espionnage dans un livre



Le livre "El agente oscuro" (l'agent de l'ombre), rédigé par un ex-agent de CNI (le service secret espagnol) sous l'anonymat raconte ses souvenirs d'espionnage notamment sur la mouvance islamiste et les actions du contre-espionnage marocain, le livre a été préfacé par le journaliste Ignacio Cembrero.

Dans le livre, un espion espagnol parle longuement, entre autres, des activités des services de renseignements marocains en Espagne. L'espion reste anonyme pour ne pas révéler son identité.

Dans le livre, l'espion raconte comment il a réussi à infiltrer les musulmans pratiquants en se présentant comme un converti. L'espion a noté que contrairement aux autres religions, les musulmans accueillaient chaleureusement les convertis, ce qui lui permettait de poursuivre sans effort son infiltration. L'espion espagnol dit aussi dans le livre que malgré sa courte période de conversion, il en savait plus sur l'islam que certains musulmans.

L’infiltration de musulmans pratiquants n’a pas été la première tâche de l’espion espagnol. Dans le livre, il déclare que sa tâche principale consistait à infiltrer des militants d'extrême gauche dans une ville espagnole qu'il ne voulait pas mentionner pour des raisons de sécurité.



L'espion réussit finalement à s'infiltrer même dans les services de renseignements marocains en Espagne. Il est remarquablement le premier espion qui parle longuement de ce sujet sensible où la plupart des espions l’évitent jusqu’à présent.

En ce qui concerne les relations entre Rabat et ses partenaires européens en matière d'échange d'informations sur le terrorisme et d'autres sujets, l'auteur affirme que Rabat est rémunérée pour cela. "La coopération marocaine dans la lutte contre le terrorisme, l'immigration clandestine et, dans une moindre mesure, le trafic de drogue sont des moyens utilisés par le Makhzen, en particulier le voisinage immédiat du roi, pour demander quelque chose en retour à l'Espagne, à la France et à l'Union européenne généralement". L'espion ajoute que "les informations sur le démantèlement de cellules terroristes par les services de sécurité marocains sont en réalité une tactique visant à maintenir la coopération et les dons européens en échange de la fourniture d'informations par le Maroc".

Le livre s'intéresse également à un sujet banalisé par de nombreux politiciens européens, à savoir l'implication du Maroc dans les mosquées d'Europe. Dans le livre, vous pouvez lire comment les services de renseignements marocains et le ministère des Affaires islamiques combattent non seulement l'extrémisme dans les mosquées européennes, mais contrôlent également la communauté musulmane et en particulier les Marocains en utilisant cette religion. Le livre va plus loin et dit que le contrôle exercé sur la communauté marocaine est utilisé par le Maroc pour l'influencer et la mobiliser non seulement pour les intérêts de Rabat, mais aussi pour faire pression sur les pays hôtes où ces communautés vivent.

L'auteur affirme également que la grande implication du Maroc dans les affaires religieuses de la diaspora limite la liberté des musulmans européens.

Dans le livre, nous lisons également que les priorités des services de renseignement marocains et espagnols ne se limitent pas aux cellules terroristes, mais incluent également les activités des Espagnols solidaires du Polisario, ainsi que celles solidaires avec le mouvement du Rif.

L’espion dit aussi qu’au moment de son infiltration musulmane, les mosquées ont reçu de l’argent des États du Golfe. En ce qui concerne la manière dont cela se produit, l’espion dit que cela diffère des valises remplies d’argent en lettres écrites dans les chaussettes de certains pèlerins revenus de La Mecque.

L'espion espagnol n'est pas le seul à avoir remarqué l'implication du Maroc dans les mosquées européennes. Cette ingérence se heurte à une résistance croissante des musulmans européens. Récemment, une vidéo a été massivement partagée sur les médias sociaux. Elle présentait un imam tunisien qui avait critiqué cette ingérence lors d'un sermon dans une mosquée en France.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Post Top Ad

Your Ad Spot

Pages