Après Amina Bouayyach, le chef du gouvernement marocain lui aussi nie l'existence de prisonniers politiques au Maroc - Courrier du Rif

Plate-forme d'information sur le Rif et l'Afrique du Nord

Les derniers articles

natif

dimanche 28 juillet 2019

Après Amina Bouayyach, le chef du gouvernement marocain lui aussi nie l'existence de prisonniers politiques au Maroc

Saaddine El Othmani/ DR




Après Amina Bouayyach, c'est au tour de chef du gouvernement marocain de débiter des fanfaronnades. Dans un discours prononcé ce samedi à la huitième Conférence nationale de l'organisation "Attajdid Attoullabi" (organisation islamiste), tenue à Bouznika (province de Benslimane, au sein de la région administrative de Casablanca-Settat), Saâdeddine El Othmani a nié lui aussi l'existence de prisonniers politiques au Maroc, rapporte le site arabophone Lakome.

"Il n'y a pas de prisonniers politiques au Maroc", a-t-il déclaré. "Il y a une exagération, et vous pouvez demander à Ramid (ministre d’État PJDiste chargé des Droits de l’Homme)".

"Notre pays connaît d'importants succès et un grand mouvement vers l'avenir, et nous devons en être fiers", a-t-il dit. Le leader islamiste a rappelé également son passé devant le public:""Nous, nous avons lutté dans un moment difficile où le courant islamiste était marginalisé, et le mouvement de gauche avait le contrôle".

"Si vous voulez analyser le Maroc en matière de droits de l'homme, appelez les juristes qui ont passé 30 ans dans la lutte et discutez avec eux car il y a des choses qui ne peuvent être comprises que si vous retournez voir leurs vrais experts", a déclaré le chef du gouvernement qui apparemment confond ceux qui luttent pour la démocratie, les libertés et un État de droit avec ceux qui prétendent être des militants mais en réalité sont des arrivistes aspirant à arriver au pouvoir pour s'enrichir rapidement, exactement comme lui et son parti islamiste.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Post Top Ad

Pages