Il n'y a pas de guerre civile au Maroc, mais le nombre de demandeurs d'asile dans les pays européens est en hausse - Courrier du Rif

Plate-forme d'information sur le Rif et l'Afrique du Nord

Les derniers articles

natif

samedi 27 juillet 2019

Il n'y a pas de guerre civile au Maroc, mais le nombre de demandeurs d'asile dans les pays européens est en hausse

Police marocaine dans les rues d'Al Hoceima le 28 octobre 2017/ Fadel Senna. AFP





Il n'y a pas de guerre civile ou de révolution armée au Maroc, pourtant, le nombre de personnes de nationalité marocaine qui demandent l'asile politique dans différents pays européens est en hausse. Pourquoi alors ? C'est le sujet sur lequel le magazine en ligne Alif Post s'est penché.

"De différents pays européens ont commencé à accepter et à accorder l’asile politique aux Marocains, c'est un nouveau phénomène au cours de l’année écoulée par rapport aux années précédentes, ce qui signifie que ces pays ont changé leur point de vue politique vis-à-vis du Maroc", analyse Alif Post.

"Dans le passé, les pays européens accordaient l'asile politique aux Marocains de manière exceptionnelle, voire aucun asile n'a été accordé à un Marocain pendant l'écoulement d'une année entière, mais depuis deux ans, ces pays ont commencé à reconsidérer leurs politiques en matière de droits, le nombre d'acceptation de demandes d'asile a augmenté", observe Alif Post.

"Des pays comme l'Allemagne, les Pays-Bas et la Belgique sont les principaux pays à accepter les demandes d'asile, à l'instar de la Grande-Bretagne et des pays Scandinaves, ainsi que de la France et de l'Espagne. Ces deux derniers ont adopté une politique de durcissement à l'encontre des Marocains demandeurs d'asile, mais ce fait est en train de changer radicalement, et cela signifie que ces pays considèrent que le Maroc ne protège pas les droits de l'homme et ne tolère pas la liberté d'expression", estime le magazine en ligne avant d'ajouter qu'en même instant, "l'octroi de l'asile par des pays européens aux Marocains porte un coup dur aux déclarations officielles du régime marocain niant l'existence de détenus politiques".




Quels sont donc les facteurs et les raisons qui ont contribué de manière significative à l'acceptation des demandes d'asile des Marocains dans les pays européens ? Pourquoi ces pays n'hésitent pas désormais à répondre favorablement à beaucoup de demandeurs d'asile de nationalité marocaine ? Alif Post présente trois principaux facteurs:

En premier lieu, la manière sécuritaire et exagérée de traiter les manifestations sociales qui se sont déroulées au Maroc, en particulier dans le Rif, où les jeunes de la région ont émigré vers l'Europe pour fuir les arrestations.

Deuxièmement, le déclin des libertés au Maroc et l’intolérance du régime à l'égard de la presse et des activités de la société civile, en particulier la vengeance de manières tordues de ceux qui dénoncent la corruption.

Troisièmement, les rapports internationaux d’organisations internationales qui confirment l'augmentation de violations au Maroc au cours des trois dernières années d'une manière qui fait reparaître le passé que l'on appelle les "années de plomb".

Et pour appuyer son argumentation, Alif Post cite certains noms appartenant au monde médiatique, à la société civile et même à des représentants de l'État, qui sont persécutés au Maroc et dont leurs demandes d'asile en Europe a été acceptées. En France par exemple, l'ancien militaire Abdelhak Mernissi, ainsi que des journalistes tels que Samad, Hicham Mansouri et Radi Lili. Et les Pays-Bas ont accordé également l'asile politique à un certain nombre de militants rifains, dont la plus connue est Nawal Benaissa, militante rifaine qui était harcelée de manière incessante par les autorités du régime marocain à cause de ses activités au sein du mouvement du Hirak.

Ainsi, il semble que ce n'est pas seulement les guerres civiles qui poussent les gens à quitter leurs pays, mais la dictature aussi joue le même rôle.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Post Top Ad

Pages