L'UE va acheter plus de 750 véhicules, drones et équipements de contrôle des frontières pour le Maroc - Courrier du Rif

Plate-forme d'information sur le Rif et l'Afrique du Nord

Les derniers articles

natif

dimanche 7 juillet 2019

L'UE va acheter plus de 750 véhicules, drones et équipements de contrôle des frontières pour le Maroc

DR


MADRID, le 7 juillet (EUROPA PRESS)

Les 140 millions d'euros que l'Union européenne s'est engagée à fournir pour ameliorer la capacité du Maroc à contrôler les flux migratoires à ses frontières commencent maintenant à se traduire par l'achat de centaines de véhicules, de drones et de dizaines de scanners, lecteurs d'empreintes digitales, radars et autres équipements techniques.

Outre les 384 véhicules dont l'achat a été autorisé vendredi par le Conseil des ministres - en charge de la Fondation internationale et ibéro-américaine d'administration et de politique publique (FIIAPP) - des appels d'offres ont été lancés par le Centre international pour le développement des politiques migratoires (ICMPD), une entité basée à Vienne qui a remporté le projet dans ses premières phases.

L'ICMDP a lancé un appel d'offres pour l'achat de 192 véhicules, dont 26 minibus pour le transport d'immigrants clandestins. L'appel d'offres a été publié pour la première fois en janvier et a été annulé parce que les soumissions ne respectaient pas les exigences. Cette organisation a également soumissionné pour l'achat de 15 drones et de matériel médico-légal et technologique abondant. Toutefois, son site Web ne fournit pas d'information sur le montant estimatif des contrats.

Sur les 140 millions d'euros que l'UE allouera au Maroc, le FIIAPP gérera 40 millions d'euros et le PIDCP 30 millions d'euros, le reste étant un soutien budgétaire direct au Maroc, qui a déjà commencé à arriver dans le pays. Le FIIAPP s'est joint au projet en avril 2019.

Vendredi dernier, le gouvernement a autorisé le FIIAPP à lancer un appel d'offres pour 7 lots, dont 230 véhicules 4x4 tropicalisés (conditionnés pour hautes températures), pour 13,8 millions d'euros, et 100 véhicules 4x4 "pick up" pour 5,5 millions d'euros, 10 véhicules 4x4 avec configuration ambulance, pour 520 000 euros ; 10 autres camions citernes 4x4, pour 1,65 million ; huit camions citernes pour essence, pour 1,32 million, 18 camions plate-forme 4x4, pour 2,61 millions et 8 camions réfrigérés pour 600 000 euros. Au total, 26 millions d'euros.

La fondation a également lancé un appel d'offres pour l'achat de cinq radars maritimes, 10 systèmes d'identification automatique AIS, 10 GPS portables, des radios et des systèmes de cartographie pour un montant de 67 000 euros.

Ainsi, aucun contrat n'a encore été attribué par les organisations européennes dans le cadre de ce projet, auquel le gouvernement espagnol était pleinement attaché. Le gouvernement espagnol s'est également fixé pour objectif d'inclure dans le prochain cadre financier pluriannuel de l'UE un budget stable pour aider le Maroc à contrôler l'immigration.

"Le Maroc est déjà un partenaire solide de l'UE en la matière. Les autorités espagnoles et marocaines travaillent main dans la main tous les jours pour contrôler la frontière commune", a écrit cette semaine dans le quotidien marocain "Le Matin" le ministre espagnol des Affaires étrangères, Josep Borrell, qui a ajouté que le Maroc fait à son tour un "grand effort" pour gérer ses frontières avec les autres pays.

"Pour moi, la preuve est évidente à voir : l'Europe doit d'urgence apporter un soutien beaucoup plus substantiel dans ce domaine, équivalent à celui apporté aux autres pays", a-t-il ajouté.

Le Maroc a fait part de son malaise à diverses autorités espagnoles parce que la Turquie a reçu 3 milliards d'euros de l'UE, qui peuvent être étendus à 3 000 autres. Cependant, Borrell lui-même a récemment déclaré que les situations ne sont pas comparables, car la Turquie compte sur son territoire "un million et demi de réfugiés qui ont besoin d'un lit, de nourriture, d'école et d'hôpital".


23% DE MOINS JUSQU'EN JUIN


Le fait est que les arrivées en provenance du Maroc ont commencé à diminuer. Jusqu'au 30 juin, le ministère de l'Intérieur a compté l'entrée irrégulière d'un total de 13 263 personnes, soit 23,3% de moins qu'au cours de la même période en 2018, lorsque 17 300 personnes étaient arrivées irrégulièrement en Espagne.

Plus précisément, selon ces données, 10 475 migrants sont arrivés sur les côtes espagnoles au cours du premier semestre de l'année, soit 27,4% de moins qu'à la même période l'année dernière. D'autre part, un total de 2 788 personnes sont entrées irrégulièrement par voie terrestre - ce qui inclut les sauts aux barrières frontalières avec le Maroc, les entrées par le train de roulement des camions et dans les coffres des voitures, entre autres formes -, de sorte que les arrivées par voie terrestre ont diminué de 3% par rapport à 2018.

Par Europa Press

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Post Top Ad

Your Ad Spot

Pages