Najib Bouzambou, infimier rifain torturé par la police marocaine - Courrier du Rif

Plate-forme d'information sur le Rif et l'Afrique du Nord

Les derniers articles

natif

jeudi 15 août 2019

Najib Bouzambou, infimier rifain torturé par la police marocaine


Najib Bouzambo/Facebook 



Najib Bouzambo, infimier rifain qui a été emprisonné par le régime marocain, il a publié un témoignage sur sa page Facebook en ce qui concerne ce qu'il a essuyé lors de son arrestation. Comme la plupart des personnes arrêtées pour leur soutien au mouvement rifain, Najib, lui aussi a subi la torture les mauvais traitements par la police marocaine.  

"Le 13 août, une journée qui restera tatouée dans ma mémoire", avance Najib, qui se souvient de l'heure de son arrestation et de turpitudes des forces du régime marocain: "À 16h15, dimanche 13 août 2017, alors que j'étais à l'hôpital d'Imzouren, les forces de répression ont fait un raid sur celui-ci pour m'enlever et m'emmener à la commission de police de la même ville, et là-bas certains éléments de "haine et de rancune" ont commencé à me jeter des accusations fictives et des insultes les plus laides, où ils m'ont torturé et humilié l'un après l'autre". 

L'infirmier rifain a même mémoire de sobriquet de tortionnaire qui supervisait sa torture. "Le surnommé Haj El Meknassi m'a frappé au niveau du visage et de l'abdomen et a serré mes mains fortement avec les menottes jusqu'à me blesser en disant : "Regardez le, il est gros, mieux que nous et toujours il parle", indique Najib Bouzambou. 




L'ex détenu n'a pas échappé également aux insultes et aux injures qui révèlent la bassesse d'âme et de pensée de ce tortionnaire: "Après avoir fouillé le contenu de mon téléphone, il a trouvé des photos de moi au stade de Santiago Bernabeu à Madrid remontant à 2014 et il a réagi en colère : "Regardez le fils de p... il était à Madrid et a regardé le match avec un million et demi, voici le financement venant de la Belgique et de l'Europe où il va".

Et c'est ce que dénonce Najib dans sa publication. "Cet imbécile ne sait pas que, depuis que je suis enfant, je n'ai jamais demandé un centime de mes frères ou de ma mère, encore moins demander ça des autres. Depuis mon enfance, je souffre et je me lasse pour gagner ma vie et poursuivre mes études", souligne l'infirmier. 

L'ex prisonnier révèle qu'ils l'ont même menacé de le priver de son travail dans un flagrant abus de pouvoir. "Ils ont juré de travailler pour que je ne revienne pas à mon travail comme infirmier (..) sans omettre leur racisme à notre encontre en tant que Rifains", témoigne Najib Bouzambou. 




Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Post Top Ad

Pages