Ferhat Mehenni déclare qu'il a un estime "infini" pour le roi du Maroc - Courrier du Rif

Plate-forme d'information sur le Rif et l'Afrique du Nord

Les derniers articles

natif

jeudi 19 septembre 2019

Ferhat Mehenni déclare qu'il a un estime "infini" pour le roi du Maroc

Ferhat Mehenni/DR


Dans une interview accordée au site arabophone marocain Hespress, le président du gouvernement provisoire kabyle, Ferhat Mehenni, a déclaré que "son estime pour le Maroc et son roi est infini après que celui-ci ait demandé de débattre le droit du peuple kabyle à l'autodétermination" au siège des Nations Unies en 2015. Ferhat Mehenni a ajouté "qu'il espère que cette position marocaine sera confirmée dans toutes les occasions nécessaires". De même, le président du gouvernement kabyle a souhaité entretenir des relations avec le régime marocain en déclarant que "notre désir est d’établir des relations officielles entre nos deux pays dans l’intérêt de nos peuples. Construire l’Afrique du Nord a besoin de cette amitié".

En effet, la défense du régime alaouite de droit des Kabyles à l'autodétermination au siège des Nations Unies en 2015, était en réponse à des propos d’un officiel algérien sur le différend territorial du Sahara occidental. Il était indéniable et évident qu'il s'agit d'un soutien hypocrite et occasionnel, un geste qui n'était guère sincère et effectif. De surcroît, ce n'est absolument pas à l'honneur des Kabyles ou d'une partie des Kabyles que leur combat soit lié d'une manière ou d'une autre à un régime voyou, esclavagiste et moyenâgeux. S'il faut chercher un soutien, il faut le faire auprès des acteurs démocratiques et crédibles en matière de défense des droits humains, de liberté d'expression et de démocratie. 





D'ailleurs, les brimades commises par le régime algérien et dénoncées par Ferhat Mehenni, sont commises de manière semblable par le régime marocain également. Il est donc mieux condamner et snober les deux régimes conjointement et les mettre dans le même sac de l'infamie. 


S'il y a une campagne de stigmatisation et de haine qui vise la Kabylie et parrainée par le pouvoir algérien, et des arrestations arbitraires des militants kabyles, qu'ils soient indépendantistes ou pas, puisque cela n'est pas un délit, contrairement à celles et à ceux qui le considèrent comme un délit, l'indépendantisme est plutôt une opinion politique dont chacun est libre d'adopter. De la même façon, il y a une guerre psychologique contre les activistes rifains menée de manière féroce par le palais royal pour lequel Ferhat Mehenni exprime l'estime. 


Si Ferhat Mehenni entend par son langage diplomatique à l'égard du régime alaouite faire évoluer sa cause, il fait assurément un faux pas qui peut dévoyer et voire décrédibiliser son combat. Ce n'est jamais des principes d'un régime policier, kleptocratique et sadique -qui considère les citoyens comme des "sujets" et impose la servitude et les prosternations avilissantes d'un autre âge sur son "élite"- de soutenir l'émancipation d'un peuple, encore plus quand il s'agit d'un peuple amazigh. 


La seule voie qu'il faut envisager contre les régimes scélérats à l'instar de celui du Maroc et de l'Algérie, c'est de les charger et de les dédaigner pour ne pas dire les combattre sans distinction aucune, et de manière qui n'est pas sélective. Sans omettre de renforcer et d'appuyer la solidarité et la sensibilisation entre les peuples de l'Afrique du Nord. 


Ce n'est absolument pas passable d'éreinter le régime militaire algérien, et au même instant, apprécier la monarchie de droit divin du Maroc dont ses infamies et ses ignominies sont à l'apogée également. 


F.B




Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Post Top Ad

Your Ad Spot

Pages