L'armée et le peuple s'affrontent en Algérie - Courrier du Rif

Plate-forme d'information sur le Rif et l'Afrique du Nord

Les derniers articles

natif

mardi 3 septembre 2019

L'armée et le peuple s'affrontent en Algérie

Manifestation des étudiants à Alger. 16.04.2019/DR


Vu du Royaume-Uni. En Algérie, l'armée augmente progressivement la pression sur ses détracteurs. Il continue de les arrêter sur des accusations fallacieuses. Des dizaines de personnes ont été arrêtées pour avoir brandi le drapeau amazigh (ou berbère) lors de manifestations. 





Un pays qui n'a pas pu se débarrasser de son dirigeant pendant 20 ans semble incapable d'en choisir un nouveau. À ce jour, beaucoup d’Algériens pensaient avoir un nouveau président. Après des mois de manifestations qui ont provoqué la chute du président Abdelaziz Bouteflika en avril, des élections ont été fixées au mois de juillet. Cette échéance allait et venait, cependant, sans remplacement en vue. Les manifestants, fâchés à la fois par la politique bloquée et une économie en perte de vitesse, descendent toujours dans les rues chaque semaine. L'armée, qui détient le pouvoir de facto, les tolère. Mais rien d'autre n'a changé: le statu quo a prévalu pendant un été long et languissant.

Après avoir donné un dernier coup de pouce à M. Bouteflika, l'armée a entrepris de démanteler la base du pouvoir qu'il avait construite au cours des deux décennies précédentes. Des hommes d’affaires fortunés, comme Ali Haddad, qui s’est enrichi grâce aux contrats de l’État, ont été emmenés en prison. Il en était de même du frère du président, de deux anciens chefs d'espionnage et d'autres personnalités puissantes des coulisses connues sous le nom de pouvoir .

C'était un bon début. Mais la transition vers la démocratie n’est pas allée beaucoup plus loin. L'opposition craignait que les élections censées avoir lieu en juillet ne soient truquées par l'armée. Presque personne n'a pris la peine de s'inscrire, à l'exception de deux candidats inconnus, dont un vétérinaire. Un groupe d'universitaires et d'hommes politiques composé de six membres a ensuite été mis en place par le président par intérim, Abdelkader Bensalah (dont le mandat a expiré en juillet). Chargés d'écrire un nouveau plan de transition, ils ont commencé par demander la libération des manifestants emprisonnés, la fin des violences policières et une plus grande liberté pour la presse et les dissidents. Le chef de l'armée, Ahmed Gaid Salah, a rejeté leurs conditions.

Le monde arabe [un terme qui ne fait l'unanimité ou voire dédaigné en Afrique du Nord] est jonché de révolutions manquées. Même lorsque l'armée s'est rangée du côté des manifestants, comme en Égypte, elle s'est ensuite retournée contre eux et a rétabli violemment le régime autocratique. Cela n’est pas encore arrivé en Algérie - un succès modeste aux yeux des militants de l’opposition. Mais l'armée augmente progressivement la pression sur ses détracteurs. Il continue de les arrêter sur des accusations fallacieuses. Des dizaines de personnes ont été arrêtées pour avoir brandi le drapeau amazigh (ou berbère) lors de manifestations. Les sites d'informations indépendants se retrouvent souvent bloqués. Le gouvernement a brièvement fermé YouTube en août après qu'un ancien ministre de la Défense ait publié une vidéo sur le site exhortant les soldats à renverser le général Salah.




L'une des principales plaintes concernant le long règne de M. Bouteflika était une économie au ralenti. L'Algérie est l'un des plus grands producteurs de pétrole et de gaz d'Afrique, mais la corruption et des subventions inefficaces ont dilapidé une grande partie de sa richesse. Une bureaucratie sans fin décourageait les investissements étrangers. Les jeunes constituent la majeure partie de la population. Un sur quatre est sans emploi. Les bas prix du pétrole ont pincé le budget. Les réserves de change, bien qu’elles représentent toujours 65 milliards de dollars, représentent à peine le tiers de ce qu’elles étaient il y a cinq ans.

La tourmente politique actuelle n’aide pas. L'économie, qui n'a progressé que de 2,3% en 2018, devrait probablement ralentir cette année. Arrêter les alliés corrompus de M. Bouteflika était la bonne chose à faire, mais cela causait également des problèmes à court terme. Fertial, une entreprise d'engrais liée à M. Haddad, a du mal à payer les salaires. Sonatrach, un géant de l’énergie, s’était entretenu avec de grandes sociétés pétrolières étrangères pour attirer de nouveaux investissements. Le gouvernement ne pouvant pas adopter une loi sur l'énergie nécessaire, ces discussions sont en suspens.

L'Algérie n'a pas vu le genre de violence qui a suivi le récent soulèvement au Soudan, sans parler des horreurs qui ont eu lieu en Libye ou en Syrie. Mais cela semble bloqué dans une impasse difficile. L'opposition veut un gouvernement librement élu qui n'inclut pas l'armée. L'armée, qui craignait depuis longtemps que M. Bouteflika essayait de la marginaliser, a de nouveau le pouvoir et ne souhaite pas l'abandonner.

Le général Salah glisse parfois dans le langage familier des autocrates, calomniant l'opposition en le qualifiant de «traîtres» déterminés à saper l'État. La dernière partie est vraie: les Algériens veulent détruire un État répressif qui n'a pas bien gouverné pendant des décennies. Le général peut soit les accompagner, soit suivre le chemin d’autres hommes forts. 

Cet article est paru dans la section Moyen-Orient et Afrique de l'édition imprimée de cette semaine du journal britannique The Economist sous le titre "Démocratie retardée".


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Post Top Ad

Your Ad Spot

Pages