La Banque mondiale: «9 millions de Marocains sont pauvres ou vulnérables à la pauvreté» - Courrier du Rif

Plate-forme d'information sur le Rif et l'Afrique du Nord

Les derniers articles

natif

samedi 12 octobre 2019

La Banque mondiale: «9 millions de Marocains sont pauvres ou vulnérables à la pauvreté»

DR

En supposant un pouvoir d'achat minimum de 5,5 dollars par jour, soit 53 dirhams, la Banque mondiale estime que le nombre de Marocains pauvres et de ceux qui ne sont pas pauvres mais vulnérables à la pauvreté est incroyablement élevé. Il représente 9 millions de Marocains, pauvres ou vulnérables à la pauvreté.




Un récent rapport de la Banque mondiale estime que 9 millions de Marocains sont pauvres ou menacés de pauvreté. Il met en garde contre un certain nombre de risques et de défis auxquels la société marocaine sera confrontée dans les années à venir en raison du déclin du commerce mondial et de la volatilité des produits de base, aggravés par l'incertitude des conditions géopolitiques.

Selon le rapport, qui suit l'état de l'économie nationale, le Maroc est également confronté à des risques au niveau local, principalement causés par l'impact du changement climatique sur le secteur agricole.

La situation de l'emploi sera également affectée selon toujours le rapport, en particulier en ce qui concerne la demande d'emploi des plus jeunes, les services publics et les programmes de protection sociale.

La Banque mondiale a noté que les importations d'énergie du Maroc pourraient exacerber le déficit commercial si les prix du pétrole continuent d'augmenter, citant que "des retards dans la mise en œuvre de réformes majeures du secteur structurel et financier affecteraient négativement le potentiel de croissance, augmentant ainsi les tensions sociales".

Le rapport soutient que les fluctuations économiques peuvent affecter le bien-être des familles, en particulier celles dont les dépenses de consommation se situent juste au-dessus du seuil de pauvreté.



Selon la Banque mondiale, la proportion de personnes en situation de risque de pauvreté varie en fonction des dépenses minimales des ménages, mais reste élevée au Maroc.

En supposant un pouvoir d'achat minimum de 5,5 dollars par jour, soit 53 dirhams, la Banque mondiale estime que le nombre de Marocains pauvres et de ceux qui ne sont pas pauvres mais vulnérables à la pauvreté est incroyablement élevé. Il représente 9 millions de Marocains, pauvres ou vulnérables à la pauvreté.

Les experts de la Banque mondiale estiment que le Maroc doit mettre en œuvre des réformes économiques plus audacieuses et plus profondes pour surmonter les faibles taux de croissance et créer suffisamment d'emplois pour la population en âge de travailler.

"Le moment est venu de se concentrer sur le démantèlement des monopoles sur le marché intérieur et tirer parti de la demande intérieure collective dans l'économie pour une croissance régionale et internationale axée sur les exportations", note le rapport.

Bien que le rapport ait enregistré une baisse du chômage au Maroc, il a averti qu'il reste élevé chez les jeunes et les femmes, et la Banque mondiale ne s'attend pas à ce que le déficit budgétaire diminue, mais a souligné qu'il gèlera à 3,6 % en 2019 en raison d'une facture salariale plus élevée due à la mise en œuvre de l'accord du dialogue social en avril dernier.



La Banque mondiale est optimiste quant à une reprise progressive de la croissance marocaine qui devrait atteindre 3,3% en moyenne sur la période 2020-2021, tirée principalement par des activités dans les secteurs secondaire (fabrication et construction) et tertiaire (commerce, banque et télécommunications), soutenues par des investissements étrangers élevés.

Toutefois, la Fondation internationale lie les perspectives d'amélioration à des réformes durables au Maroc, en particulier le maintien des mesures d'austérité, le renforcement des recettes fiscales, l'amélioration de la gouvernance et du contrôle des entreprises publiques, l'amélioration de la flexibilité des taux de change et la réforme de l'environnement des entreprises et des marchés du travail.






Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Post Top Ad

Pages