Le régime marocain et ses sbires sont indignés par l'incendie d'un drapeau et pas par les milliers des vies brûlées vives ou noyées dans la mer - Courrier du Rif

Plate-forme d'information sur le Rif et l'Afrique du Nord

Les derniers articles

natif

lundi 28 octobre 2019

Le régime marocain et ses sbires sont indignés par l'incendie d'un drapeau et pas par les milliers des vies brûlées vives ou noyées dans la mer

DR

Non, ce n'est pas les milliers des jeunes qui meurent noyés dans la mer pour fuir la misère et l'injustice, selon leurs dires, qui suscitent une vague d’indignation du régime marocain et de ses sbires, non, ce n'est pas non plus la mort d'une petite fille de 7 ans, brûlée vive sous les regards impuissants de ses proches, dont la responsabilité de drame est imputée à la protection civile qui avait tardé à intervenir pour sauver la petite Hiba des flammes, ou encore les 5 jeunes rifains brûlés vifs dans une agence bancaire le 20 février 2011 et dont le régime marocain empêche toute enquête.



Non, ce qui suscite une vague d'indignation- bien entendu hypocrite- du Makhzen, ses adeptes thuriféraires et ses médias de propagande, c'est son drapeau brûlé par une manifestante rifaine qui en a marre de la corruption et de la dictature, et qui ne supporte plus la répression débridée contre ses compatriotes. 

Bien-sûr, on peut n'être pas d'accord avec l'action de la manifestante, ce n'est pas ça le sujet, mais la réaction des médias de propagande et des organes du régime alaouite révèle une flagrante faux-culterie: réduire le patriotisme à un chiffon. Puisqu'ils sont les seuls qui profitent de symbole de ce chiffon. 

"Pour répondre à cet acte criminel, j'invite les députés à scander l'hymne national", a lancé le président de la Chambre des représentants Habib El Malki (USFP) en présence du chef de gouvernement Saâd Eddine El Othmani et de plusieurs ministres. Ainsi le Parlement marocain a fait le choix de répondre à cet acte « irresponsable » en chantant l’hymne national en chœur. Mais quelle tartufferie !



La kleptocratie marocaine -avec sa corruption, sa dictature et son pouvoir judiciaire utilisé pour bâillonner notamment les activistes rifains- pousse délibérément les gens à se radicaliser, et après elle les blâme. 

Le régime a montré une quantité pathétique de racisme et de fascisme à l'égard des Rifains, rien que lors ces trois dernières années, il faut s'attendre alors aux réactions extrêmes, et subir les  conséquences de ses turpitudes antérieures.

Les autocrates utilisent l'État pour défendre leurs intérêts personnels. Pour les dictateurs, à l'instar de l'autocratie marocaine, les intérêts de l'État sont synonymes à ceux du chef. Ils utilisent le pouvoir et ses symboles pour se protéger aux dépens du peuple. Ils volent de l'argent, emprisonnent les opposants politiques, organisent des élections truquées, punissent la dissidence et financent les médias pour faire de la propagande et abrutir les masses. 



Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Post Top Ad

Your Ad Spot

Pages