Otmane Naït-Hammou, premier réfugié politique dans l'Histoire à disputer des Mondiaux d'athlétisme - Courrier du Rif

Plate-forme d'information sur le Rif et l'Afrique du Nord

Les derniers articles

natif

samedi 5 octobre 2019

Otmane Naït-Hammou, premier réfugié politique dans l'Histoire à disputer des Mondiaux d'athlétisme

Otmane Naït-Hammou/DR


L'histoire de Otmane Naït-Hammou devrait faire honte au régime marocain. Otmane, un amazigh né dans le sud du Maroc au sein d'une famille berbère il y a 24 ans, il a été contraint à l'exil et interdit de rentrer au Maroc pour revoir sa famille pour des raisons politiques. Otmane est devenu premier réfugié politique dans l'Histoire à disputer des Mondiaux d'athlétisme (cross, 3000 mètres steeple de Doha) dans l’équipe des réfugiés. 

Il n'est pas au Qatar sous la bannière de son pays de naissance. Ni même sous le drapeau de la France qui l'accueille. Il fait partie de l'équipe des réfugiés, une délégation d'une demi-douzaine d'athlètes du monde entier et apatrides chaperonnée par la fédération internationale, l'IAFF, decrit le Parisien



Otmane n'est plus le bienvenu au Maroc qui ne veut plus de lui pour des raisons politiques, précise le Parisien. « Je ne suis pas joyeux d'être né au Maroc, mais je ne l'ai pas choisi. Je suis venu en France il y a quatre ans pour suivre des études de littérature française. Je n'ai pas pu rentrer chez moi. Je n'ai jamais eu de visa de retour. Il était indispensable pour moi de demander l'asile en Europe. J'ai obtenu le statut de réfugié politique. Mais je me suis retrouvé seul comme on ne peut pas l'imaginer. Heureusement, je n'ai jamais abandonné la course à pied », a-t-il déclaré au Parisien, en ajoutant : « Le Maroc a toujours refusé le visa pour ma maman. C'est dur, vous savez. »

La fédération internationale, l'IAFF a pris tout son séjour en charge pour qu'il participe aux Mondiaux d'athlétisme à Doha. En dernier lieu, l'athlète a formulé une demande au président français rapportée par le Parisien : « Je demande juste une chose et directement à Monsieur le président de la République : je voudrais revoir ma maman. Je veux juste qu'il m'aide à lui obtenir un visa pour qu'elle vienne me voir. Je ne veux rien d'autre. »


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Post Top Ad

Your Ad Spot

Pages