Yassine Belattar, la crapule qui dénonce le racisme d'Éric Zemmour en France et crache le même racisme contre les Rifains au Maroc - Courrier du Rif

Plate-forme d'information sur le Rif et l'Afrique du Nord

Les derniers articles

natif

lundi 7 octobre 2019

Yassine Belattar, la crapule qui dénonce le racisme d'Éric Zemmour en France et crache le même racisme contre les Rifains au Maroc

DR



Au moment où les Rifains mènent leur combat pour leurs droits à l'échelle nationale et internationale, et faire face à la persécution politique, le régime marocain trouve toujours des mercenaires de tous les bords qui se laissent corrompre du fait de leur cupidité, en payant ce qu'il faut. Des mercenaires issus du monde médiatique, politique et artistique pour les enrôler comme des chairs à canons de sa bataille contre les Rifains, mais aussi contre tous les courants qui dérangent le pouvoir. 

C'est le cas par exemple de Tahar Ben Jelloun, Aymeric Chauprade, Saint-Prot Charles, le magazine le Point et récemment le pseudo humoriste Yassine Belattar. 

Dans un sketch pathétique et nullissime, celui-ci a cru bon de dénigrer les Rifains en les présentant comme des barbares, des montagnards et en présentant au même instant les rois alaouites comme des acteurs sains de corps et d’esprit. C'était évident que ce sketch biaisé est destiné à écorner la réputation des Rifains et sanctifier celle du palais royal. Une honte absolue.

Le sketch était un discours politique teinté de racisme sous couvert d'humour, et qui contient une quantité pathétique d'ignorance et de diffamation. 
Pourtant, ce n'est pas la première fois que Yassine Belattar démontre qu'il est une personnalité pathologique se manifestant essentiellement par des  comportements extravagants et des déclarations choc pour rechercher le buzz et occuper l'espace. M. Belattar a toujours traîné une réputation controversée. En France, il entretient lui-même la réputation de son caractère difficile, decrit Le Monde



M. Belattar traîne également une réputation d'obsédé sexuel, misogyne et harceleur. Il avait par exemple été mis en examen, le 28 mars 2019, pour « menaces de mort », « menaces de crimes réitérés », « envois réitérés de messages malveillants » et « harcèlement moral ». « Deux jeunes femmes ont raconté des conversations dérivant vers des sous-entendus ou des allusions sexuelles alors qu’elles étaient à la recherche de travail », écrivait le 16 mars Mediapart à propos de ce sujet.

Le summum de l'hypocrisie et de faux-culterie de ce pseudo humoriste, c'était lorsqu'il s'est monté furieux qu'Écrit Zemmour ait la liberté de « balancer son discours de merde » sur LCI, en annonçant sa décision de quitter la chaîne où il était chroniqueur. Mais, lui, Yassine Belattar s'est donné la liberté de balancer son sketch de merde. Toute honte bue. 

«Je ne crois plus avoir ma place sur LCI suite à ces propos indignes... Il y a une différence entre la liberté d’expression et la liberté de provocation. Bon courage dans votre surenchère», a-t-il écrit dans un tweet pour justifier sa décision. Un deux poids, deux mesures qui crève les yeux. Le type dénonce le racisme d'Éric Zemmour, et il se glisse dans la même turpitude, mais peu importe, son discours discriminatoire est foutu pour cibler les Rifains, une communauté persécutée de la seconde zone. 

Pire encore, certains le considèrent comme un militant de la sphère décoloniale et indigéniste (mon œil).

Ce que M. Belattar devrait garder à l'esprit, c'est que ses attaques contre les Rifains et ses tentatives débiles pour salir leur image ne changeront rien de la réalité, certes, les Rifains sont un petit et pauvre peuple martyrisé, mais ils sont grands par leur histoire, leur lutte perpétuelle contre la tyrannie, leur attachement comme tous les peuples libres à la liberté et à l'espoir de vivre dans la dignité. C'est pour cette raison, qu'ils ont tenu la tête à deux grandes puissances coloniales, et sont actuellement une épine aux toutous de ces puissances, à savoir la monarchie marocaine et ceux qui sont dans son cercle.

Le Rifain, opprimé depuis si longtemps, mais il est fier, n'abandonne jamais, contrairement aux petites crapules, à l'instar de Yassine Belattar qui est apparemment devenu un salarié en contrat à durée limitée chez le Makhzen. Une crapule qui confond l'art avec la bassesse et la dégénérescence. 

F.B


1 commentaire:

  1. Merci, rafk à yithma iRiriffyen.. Ce personnage, cet imposteur du au service du Makhzen doit savoir que " taquiner du Rifain, ça modifie le DESTIN"

    RépondreSupprimer

Post Top Ad

Pages