Le bagne maudit de Tazmamart: "Nous étions inférieurs aux moustiques, la vie humaine n'avait aucune valeur" - Courrier du Rif

Plate-forme d'information sur le Rif et l'Afrique du Nord

Les derniers articles

natif

samedi 30 novembre 2019

Le bagne maudit de Tazmamart: "Nous étions inférieurs aux moustiques, la vie humaine n'avait aucune valeur"

DR

"J'ai eu une mort goutte à goutte, par feu doux dans l'enfer de Tazmamart pendant 18 ans et trois mois". L'ex prisonnier politique Ahmed Marzouki souligne avec obsession les mois de sa condamnation à mort de son vivant dans une prison qui, selon le régime marocain, n'existait pas. "C'était une cellule fermée, sans fenêtres, seulement un fil de lumière très faible entrait par un petit trou ouvert dans le plafond et illuminait un petit espace d'environ 50 centimètres de diamètre qui se déplaçait selon l'heure du jour". Le sous-lieutenant Marzouki a été condamné à cinq ans de prison en 1971 pour sa participation présumée au coup d'État de Skhirat, qui a tenté de renverser le roi Hassan II lors d'une attaque en été contre son palais sur la côte près de Rabat.



Après deux ans dans la prison de Kenitra, il a été emmené avec 58 autres militaires impliqués au camp de Tazmamart dans le désert du sud du pays : sous zéro ou plus de 40 degrés sous l'ombre. Seulement la moitié des condamnés à mort en sont sortis vivants. Ou du moins, ils n'étaient pas morts du tout. "Nous étions inférieurs aux moustiques, la vie humaine n'avait aucune valeur", se souvient douloureusement Marzouki. En septembre 1991, les survivants ont été transportés à l'hôpital.

"Ils ont essayé de nous rendre l'aspect humain, mais certains marchaient déjà à quatre pattes. Ils nous ont dit : "Vous allez être réintégrés dans la société, mais vous ne devriez pas en parler. Ils ont promis de nous aider, mais ils ont oublié. Ce qu'ils nous ont fait est une honte pour le Maroc, pour l'humanité".

Par Juna Carlos Sanz
Cet article a été publié initialement dans El Pais le 11 octobre 1998


1 commentaire:

  1. normal, fromenter un coup d etat, dans d autres pays, c es le peloton d execution

    RépondreSupprimer

Post Top Ad

Pages