Rif. L’indépendance octroyée au Maroc Il y a 64 ans marque l’arrivée de nouveaux colons - Courrier du Rif

Plate-forme d'information sur le Rif et l'Afrique du Nord

Les derniers articles

natif

lundi 18 novembre 2019

Rif. L’indépendance octroyée au Maroc Il y a 64 ans marque l’arrivée de nouveaux colons

Rif 58/59: Briser le silence

L’indépendance octroyée au Maroc Il y a 64 ans de cela, marque l’arrivée de nouveaux colons et leur prise de pouvoir dans le RIF, cet évènement préfigure également l’ensanglantement de la région d’Al Hoceima, quelques années plus tard, suite à l’éclatement d’un soulèvement populaire, porteur d’«une charte de révolution» qui contenait entre autres comme revendication, le départ définitif des forces étrangères du Maroc.

«C’était un soulèvement populaire contre l’occupation étrangère et ses alliés dans les partis politiques qui s’est transformé en révolution populaire contre les forces de l’occupation et des partis qui travaillaient pour cette dernière. Le soulèvement et la révolution étaient guidés par des personnes qui croyaient dur comme fer au mesures nationales sur le terrain et non les partis, les pistons, les correspondances et les publications. C’est la façon de travailler de l’occupant avec les partis politiques marocains. Nous refusons d’agir ainsi» - Zaki Moubarak in «Mohammed V et le fils d’Abdelkrim el-Khattabi».



Le 7 octobre 1958 - le 13 mars 1959, début de l’insurrection du Rif

A la tête d’un d’un bataillon de l’armée, 20.000 hommes, le 4/5 des FAR, déployé dans la région, le prince Hassan, le futur Hassan II et le commandant Oufkir, aide de camp du roi, ont procédé à une tentative d’anéantissement délibéré et méthodique (nettoyage ethnique) des Rifains, racket, exécutions, pillage, enlèvements, viol collectif, l'éventrement des femmes enceintes…

Face à l'incapacité dans un premier temps, de vaincre les 2000 maquisards rifains, les FAR avaient lancé une offensive terrestre et aérienne intenses, utilisant l’artillerie lourde pour prendre l'avantage.

Les militaires marocains ont été impitoyables, ils ont été autorisés à user de tous les moyens pour écraser le mouvement de révolte.

Les femmes rifaines désarmées ont été considérées par les soldats des Forces armées royales comme une partie légitime du butin de guerre.



Bilan Officiel : prés de 8000 Rifains massacrés (chiffre non vérifié, et non officiel). Le bilan dans les faits, serait considérablement plus élevé.

Le village de Beni Hadifa, un des principaux foyers du soulèvement, est détruit et les quatre cent habitants qui s’y trouvent sont massacrés.

Témoignage

Ahmed Ben Seddik, raconte, alors à peine âgé de 13 ans, comment un soldat des Forces Armées Royales l’avait menacé avec son arme, après l’avoir déshabillé, lui intimant l’ordre de choisir entre la mort et le viol. Après avoir refusé de se soumettre à l’ordre du soldat, il a creusé sa tombe avec ses propres mains, avant que le militaire ne renonce, à la dernière minute, à le tuer.

Par Rachid Oufkir
Twitter: @oufkirrachid


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Post Top Ad

Pages