Tamek accuse la chaîne France24 de « servir des agendas étrangers » - Courrier du Rif

Plate-forme d'information sur le Rif et l'Afrique du Nord

Les derniers articles

natif

lundi 25 novembre 2019

Tamek accuse la chaîne France24 de « servir des agendas étrangers »

DR
Le délégué général à l’administration pénitentiaire et à la réinsertion (DGAPR), Mohamed Saleh Tamek, a accusé la chaîne France 24 de « s’acharner sur le Maroc » dans le dossier du Hirak du Rif et ses détenus, et de « servir des agendas étrangers », lui reprochant son « manque d’objectivité et de neutralité » dans la couverture de l’affaire des prisonniers politiques rifains.




« La chaîne française France 24 est un instrument utilisé contre le Maroc et agit selon un agenda bien déterminé… », a déclaré Tamek lors des discussions sur le budget de la délégation à la chambre des conseillers, en ajoutant que « ceci a été dit auparavant par le capitaine Adib (militaire exilé en France) qui travaillait pour eux ».

L'attaque de Tamek contre la chaîne française a été lancée, selon lui, après que celle-ci a mis en lumière le différend opposant les détenus du mouvement du Rif à la DGAPR.


En effet, la chaîne France 24 n'est pas la seule à être attaquée par Tamek, celui-ci avait accusé les familles des prisonniers politiques rifains et l'Association marocaine de défense des droits humains (AMDH) de servir des agendas étrangers également.





Dans une déclaration au site Hespress Fr, le président de l'AMDH Aziz Ghali a répondu aux accusations de Tamek en disant: « On demande à Mohamed Saleh Tamek, s’il détient des preuves à ce sujet, et qu’il détient des preuves concernant des personnes qui servent des agendas extérieurs, qu’il se dirige vers la justice. C’est un fonctionnaire de l’Etat, et s’il a des données et des preuves sur des personnes qui servent des agendas étrangers, il doit déposer plainte. Je le défie d’ailleurs. Mais il ne fait rien, parce qu’il n’a rien sous la main».

Pour ce qui est de la chaîne France24, le président de l'AMDH a estimé que « cela s’inscrit dans le cadre de la liberté d’expression. Et si nous (AMDH), nous nous exprimons sur le plateau de France 24, c’est parce que les chaines nationales ne nous donnent pas la parole. Si elles nous invitaient et qu’on déclinait, elles peuvent dire à ce moment là que c’est du favoritisme ». Des propos recueillis par Hespress Fr.




Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Post Top Ad

Pages