Plate-forme d'informations sur le Rif et l'Afrique du Nord

Breaking

Post Top Ad

Your Ad Spot

dimanche 8 décembre 2019

Ahmed Zefzafi démissionne de la tête de l'Association Tafra après une campagne de diffamation à son encontre

           
Ahmed Zefzafi/DR

«On doit rendre sa conduite conforme à son âge, à son sexe, à son rang et à sa profession», ce proverbe s'applique véritablement à Ahmed Zefzafi, le père de Nasser. Un homme qui -malgré les cicatrices de la vie- est fort, courageux et solide. 


Aujourd'hui, ce grand homme, âgé d'environ soixante-dix ans, fait l'objet de toute sorte de diffamations, d'insultes et de calomnies par une poignée de parasites et de vaniteux qui ont beaucoup de désir de paraître. Rien d'autre. 


Du coup, Ahmed Zefzafi a présenté sa démission de la tête de l'Association Tafra formée par les familles des prisonniers politiques rifains. «La diffamation. Une idée excellente. Le banal assassinat ne tue qu'une fois, mais la diffamation tous les jours», disait Terry Pratchett. 

En plus d'être diffamé par -hélas- les siens, Ahmed Zefzafi est diffamé aussi constamment par les mercenaires du régime marocain. «Aujourd'hui, ils m'insultent, insultent le Rif et insultent les hommes d'honneur au nom du roi, et au nom du roi, ils tuens les gens et leur font subir des sévices. S'ils aiment vraiment le roi, ils devraient garder son image», avait déclaré Zefzafi le père dans une ancienne interview

Comme exemple, le journal nationaliste marocain Ahdath Almaghribia, connu pour ses articles diffamatoires et racistes à l'encontre des Rifains en général a illustré récemment un article sur Ahmed Zefzafi,  avec une affiche "Wanted • Dead or Alive•". Récompense en cash de 10 000 $.  Un appel sordide au meurtre. 

Que des mercenaires à la solde du régime crachent leur venin à l'encontre de Zefzafi le père est une chose qui peut être passable, parce que ceux-ci font tout simplement leur fonction de mercenaires. Mais que des personnes qui se disent rifains et se permettent de se lancer dans l'infamie, ceux-ci sont tout simplement des salauds sans scrupules, puisqu'ils ne respectent même pas un homme âgé et stressé par un lourd fardeau qui est faire face à un régime autoritaire qui torture et séquestre son fils. 

De surcroît, le principal motif qui motive ces diffamateurs est de diviser l'unité des rangs et l'objectif commun, semer le scepticisme pathologique dans l'opinion publique et promouvoir les théories du désespoir et du complot, comme disait le frère de détenu politique Mohamed El Asrihi. 

En tout état de cause, le statut et le rôle d'Ahmed Zefzafi sont irremplaçables. Un homme sage, calme et stoïque qui choisit bien ses mots pour s'exprimer, et qui est en vis-à-vis de la banalité dégoûtante de l'histoire faite de façon mafieuse, contrairement à ses diffamateurs qui tiennent des propos dont l'odeur est sacrément nauséabonde et dont le but est de jeter les innocents à la vindicte populaire. 

F.B


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Post Top Ad

Your Ad Spot

Pages