Les derniers articles

Post Top Ad

Your Ad Spot

17 déc. 2019

Bien fait pour vous monsieur le sinistre !

DR

Ce dimanche 15 décembre à Lille, le ministre marocain de l’Energie, des Mines et du Développement durable ; tout ça à la fois waouh ; Aziz Rabbah devait tenir une conférence sur le thème suivant : Le Maroc, l'équation réforme et stabilité.


Cependant, la conférence ne s'est pas passée comme prévue. En effet, les ministres, plutôt les sinistres marocains habitués depuis belle lurette lorsqu'ils rendent visite à la diaspora, en raison notamment des devises qu'ils envoient au pays, première source de financement du Maroc ; c'est donc dire si l'économie de ce pays est inexistante ; à n'avoir en face d'eux qu'un public docile, des béni-oui-oui, ne savent pas ce que c'est que d'être interpellés, d'avoir des contradicteurs en face d'eux. Le ministre, plutôt le sinistre marocain Aizz Rabbah a eu la désagréable surprise d'être interpellé par des Rifains sur la situation au Maroc, en particulier au Rif, sur la répression qui s'est abattue sur les militants de l'Anhazi et ce dès l'entonnation de l'hymne national marocain en guise d'ouverture de cette conférence.

Tentant de se montrer calme et imperturbable, le sinistre s'est ensuite adonné à l'exercice habituel de propagande, à savoir que le Maroc était un pays béni par Dieu, qu'il avançait vers le progrès, la prospérité, la stabilité, le respect des droits humains.


Assez de propagande et de mensonges ! Si le Maroc connaissait de tels progrès, pourquoi l'écrasante majorité de ses habitants rêve de le quitter ? Cela signifie que c'est un pays où il n'y a pas d'avenir pour ses habitants. Ceci est d'une logique imparable. Point.

Ce miroir aux alouettes présenté n'a pas du tout plu aux Rifains, qui ont donc fait entendre leurs voix dès le début en scandant « Vive le peuple ! Vive le Rif » et ce dès le début de la conférence. Ensuite s'ensuivit un long bras de fer verbal entre ces mêmes Rifains qui tentaient de prendre la parole en la réclamant, puis voyant que cela ne pouvait pas être possible ont tenté de se faire entendre en élevant la voix du fond de la salle, et les organisateurs qui ont tout fait pour que ces Rifains ne puissent s'exprimer.

Le clou du spectacle intervint lorsqu'un homme assis au milieu, Français issu de la diaspora rifaine, asséna cette phrase choc, mais réelle : le Maroc est le pays le plus pauvre de tout le pourtour méditerranéen !

En effet, loin de la présentation mensongère du sinistre Aziz Rabbah, et se basant sur les chiffres du Programme des Nations Unies pour le Développement (PNUD), organisme qui prend en compte le revenu moyen par habitant et par an, l'espérance de vie, mais surtout l'accès aux soins et à l'éducation, et bien le Maroc pointe piteusement à la 121è place sur 189 pays recensés ! Loin derrière ses voisins d'Afrique du Nord, et derrière des pays en guerre comme la Palestine, l'Irak, ou la Libye. Voilà la réalité du Maroc ! Assez de propagande mensongère et trompeuse ! Assez de discours séducteur !

Si le Maroc prenait réellement la voie du développement, alors bon nombre de Marocains vivant en Europe choisiraient le chemin du retour au pays, voire même attirerait à lui des gens du monde entier. Ainsi, l'Espagne, l'Italie ou le Portugal qui étaient jusqu'aux années 1970 des pays d'émigration, c'est à dire que ses habitants quittaient en masse, sont devenus grâce à la démocratisation et à un développement allant de pair, des pays d'immigration, c'est à dire accueillant à leurs tours des gens du monde entier, et surtout qui ont vu bon nombre de leurs ressortissants retourner dans leurs pays. Rien de tel pour le Maroc. Ce jeune Français d'origine rifaine, rappela cette vérité tragique : des Marocains meurent chaque jour en mer en essayant de rejoindre l'Europe. C'est bel et bien la preuve que la jeunesse marocaine est désespérée et souhaite quitter cette prison à ciel ouvert qu'est le Maroc, le Maroc est fui par ses habitants, le Rif encore plus que le reste du pays. De plus ce jeune citoyen courageux a rappelé le décalage entre le ministre et la diaspora, à savoir que la langue arabe utilisée par le sinistre, n'est pas sa langue maternelle, car lui parle le rifain et le français, d'où son choix d'utiliser le français.

Après cela, le sinistre tenta une fois encore de noyer le poisson, de botter en touche, puis sortit littéralement de ses gonds, ne souhaita pas répondre à d'autres rifains, et prit tout simplement la poudre d'escampette...

Puis ce sinistre traumatisé par l'exercice de la libre parole, reprocha aux Rifains leurs « méthodes de mafia » pour s'exprimer. Venant d'un pays qui muselle ses opposants, on ne sait pas s'il faut en rire ou en pleurer...Oui puisque la parole n'est pas donné même en France, alors les Rifains n'ont eu d'autre choix que de la prendre de force.

Et si tout cela a laissé un goût amer à monsieur le sinistre des mines, de l'énergie, du développement durable, des déchets nucléaires, du wi-fi, de la semoule bio et des tajines recyclables, c'est bien fait pour lui. Gageons qu'il s'en remettra. 

Ithri n'Arrif








Aucun commentaire:

Publier un commentaire

Post Top Ad

Your Ad Spot

Pages