Le Youtubeur "Moul Kaskita" a été placé en détention et déféré devant la justice et des restrictions seraient imposées contre les Youtubeurs - Courrier du Rif

Plate-forme d'information sur le Rif et l'Afrique du Nord

Les derniers articles

natif

mercredi 4 décembre 2019

Le Youtubeur "Moul Kaskita" a été placé en détention et déféré devant la justice et des restrictions seraient imposées contre les Youtubeurs

Moul Kasketa/DR

Mohamed Sekkaki, connu sous le surnom de "Moul Kaskita", a été placé en détention et déféré devant la justice. En cause: une vidéo comprenant des "injures à l'encontre des Marocains et des institutions constitutionnelles", selon le ministère public.

S'attaquer directement au roi Mohammed VI : une ligne rouge à ne pas franchir au Maroc. Mohamed Sekkaki a été arrêté dimanche après la diffusion d'une vidéo sur sa chaîne Youtube dans laquelle il insulte les Marocains et critique le roi Mohammed VI, dont la personne est "inviolable" selon la Constitution, indique l'AFP.


Dans cette séquence d'une douzaine de minutes, il blâme les discours du monarque qui ne sont "suivis d'aucun résultat", pendant que les Marocains "souffrent du clientélisme et du népotisme". Il y traite ses compatriotes d'"ânes" et d'"ignorants", qui "voient leurs droits bafoués sans piper mot".

Il sera poursuivi pour "injures publiques à l'égard d'individus, outrage à la pudeur à travers des gestes et des comportements obscènes, outrage aux institutions constitutionnelles et possession de drogue". "Plusieurs expressions contenues dans cette vidéo n'ont aucun rapport avec la liberté d'expression et constituent des crimes sanctionnés par la loi", écrit le ministère public.

Le Youtubeur, dont les vidéos diffusées à un rythme soutenu dépassent généralement les 100.000 vues, a "reçu d'importants transferts d'argent de l'étranger en contrepartie de ses activités", affirme encore le parquet.

A cet égard, après l’arrestation du Youtubeur en question, le parquet général entend rigoureusement mettre en application certaines dispositions contenues dans le code pénal, rapporte le site Bladi

Des restrictions seraient imposées visiblement pour dissuader ceux qui utilisent Youtube comme plate-forme afin de critiquer le pouvoir. "Les Youtubeurs indélicats subiront désormais la rigueur de la loi. Le parquet a décidé de leur appliquer les dispositions des articles 179 et 180 du code pénal", ajoute le site Bladi.






Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Post Top Ad

Pages