Plate-forme d'informations sur le Rif et l'Afrique du Nord

Breaking

Post Top Ad

Your Ad Spot

dimanche 8 décembre 2019

Sida: Nador enregistre la prévalence la plus élevée parmi toutes les villes au Maroc selon l'ALCS

DR

Un rapport de l'Association de lutte contre le sida (ALCS), publié à l’occasion de la journée mondiale du sida, commémorée, le 1er décembre 2019, fait froid dans le dos, malgré le fait que la prévalence de la maladie est en baisse au Maroc.

Le rapport a présenté des chiffres inquiétants, notamment à Nador qui a enregistré la prévalence la plus élevée parmi toutes les villes.


Au Maroc, trois régions concentrent près de 65% des cas (Souss Massa, Marrakech-Safi et Casablanca- Settat). Une prévalence plus élevée dans certaines villes comme Marrakech (5,7%), Casablanca (9%), Nador (13,2%) et Tétouan (7,1%), indique l’ALCS.

«Les chiffres sont élevés dans la région du Nord, effectivement à Tétouan et Nador, particulièrement auprès des professionnelles du sexe et des consommateurs de drogues injectables, qui s’échangent les seringues entre et se contaminent. C’est la raison pour laquelle le VIH se répand dans cette population», explique Dr. Hamid Zeroual, président de la section de Tanger de l’ALCS au site Yabiladi.

Dans une déclaration à la presse en marge d'une réunion de présentation du rapport de l'ONUSIDA à la veille de la Journée mondiale du sida, le directeur de l'épidémiologie et de lutte contre les maladies au ministère marocain de la Santé, Mohamed Lyoubi a fait savoir que le nombre de personnes vivant avec le virus au Maroc est de 21.000, dont 84% sont mises sous traitement et suivi, en précisant que 77% de ces personnes savent qu'elles sont porteuses de l'infection, alors que l'objectif à l'horizon 2021 est d'atteindre les 90%.

De l'autre côté, l'ALCS est le premier bénéficiaire de l'aide du Fonds Mondial contre le VIH, le paludisme et la tuberculose. Et ce, depuis que le Maroc a signé en 2003 un partenariat avec le Fonds Mondial de lutte contre le sida. Le pays a bénéficié de 100 millions de dollars d'aide, notamment pour organiser la prévention depuis cette date, indique France Culture.

Mais l’ALCS s’inquiète d’un probable départ du Maroc du Fonds mondial de lutte contre le sida, la tuberculose et le paludisme, la fondation jugeant les résultats obtenus au Maroc suffisamment convaincants, rappelle Le Monde.

Au Maroc, le nombre des infections au VIH est en train de baisser. Cette tendance se confirme ces dernières années, contrairement aux autres pays du Moyen-Orient et de l'Afrique du Nord, où le nombre d'infections augmente. La stratégie du pays consiste à cibler et agir auprès des « populations-clés » comme les professionnelles du sexe, les hommes ayant des relations sexuelles avec les hommes ou les usagers de drogue, alors que 67% des nouvelles infections se font dans ces populations, note un reportage de RFI.




Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Post Top Ad

Your Ad Spot

Pages