Plate-forme d'informations sur le Rif et l'Afrique du Nord

Breaking

Post Top Ad

Your Ad Spot

jeudi 2 janvier 2020

2019 était la pire année pour Nasser Zefzafi, d'après son père

DR

L'année 2019 était la pire pour Nasser Zefzafi et sa famille, d'après Zefzafi le père. Dans une tribune sur le site du journal Akhbar Al Yaoum, Ahmed Zefzafi a écrit: "Pour moi, en tant que citoyen de 76 ans, je dis que pendant ces dernières années, ma famille et moi n'avons jamais vécu pire que 2019, bien sûr, en 2017 mon fils Nasser Zefzafi a été kidnappé et torturé et tout ça, mais cette année, ce qui est le plus sombre s'était passé, et j'espère qu'elle ne reviendra jamais, ainsi ce que nous avons vécu pendant cette année fatidique". 


Le père du détenu a donné encore une fois certains détails du calvaire enduré par son fils pendant cette année. "En 2019, Nasser a subi ce qui lui est arrivé, et a été soumis à la torture et des pratiques honteuses et inhumaines (..) cette année mon fils a été dépouillé de tous ses vêtements, et a été passé devant le reste des quartiers pénitentiaires, y compris les quartiers des prisonniers de droit commun, les islamistes et d'autres, pour l'humilier et le mépriser. On a également menotté ses mains en arrière et il a été placé pendant 13 jours dans le "cachot" ou la tombe sans boire et manger".

"Lorsque mon fils a commencé à manifester après le meurtre de feu Mohcin Fikri, nous l'avons averti que son sort serait soit l'arrestation, soit l'assassinat, c'est-à-dire que nous connaissions essentiellement son sort, mais nous ne nous attendions pas à la torture et à l'humiliation qui a subies en 2019, des violations couvertes par le Conseil National des droits de l'homme (CNDH)", ajoute le père du détenu.

"En 2020, j'espère que ces responsables qui m'appellent avec des surnoms loin de moi seront un peu raisonnables et libéreront les jeunes détenus dans les prisons".




Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Post Top Ad

Your Ad Spot

Pages