Courrier du Rif

Plate-forme d'informations sur le Rif et l'Afrique du Nord

Breaking

Post Top Ad

Your Ad Spot

vendredi 24 janvier 2020

2019 a vu plus de 30 000 demandes de mariage avec des mineurs au Maroc

Une jeune marocaine dans la ville de Tan-Tan, au Maroc, le 8 juillet 2018 [KARIM SAHIB / AFP through Getty Images]

Le ministre de la Justice du Maroc a annoncé que 32 000 demandes de mariage avec des enfants mineurs ont été soumises l'année dernière, dont 81% ont été approuvées.

Des statistiques alarmantes révèlent que seulement 19 % du total des demandes ont été rejetées par les juges chargés des autorisations, ce qui indique que le mariage des moins de 18 ans est toujours répandu dans le pays et ne peut plus être considéré comme une exception, a déclaré Mohamed Ben Abd El-Kader à la Chambre des représentants.

Le Maroc avait espéré freiner les mariages d'enfants en faisant passer l'âge légal de 16 ans à 18 ans en 2004, mais les chiffres continuent d'augmenter depuis lors et cela reste un problème persistant dans le pays, un problème qui a un coût social, psychologique, physique et économique pour les femmes.


Selon les données du gouvernement, 98 % des demandes ont été présentées par des chômeurs des zones rurales, où les familles se contentent souvent d'un engagement religieux et échappent donc aux dispositions légales sur l'âge.

Largement condamné comme une violation des droits humains, le mariage des enfants est associé à des conséquences négatives sur la santé, tant physique que psychologique.

Bien que le pays nord-africain ait réformé son code de la famille, également connu sous le nom de "Moudawana" en 2004 pour promouvoir l'égalité des sexes et assurer l'égalité des droits dans la famille, il permet toujours aux filles de se marier avant l'âge légal de 18 ans avec l'autorisation d'un juge, et dans des circonstances telles que la grossesse et l'union d'adolescents est clairement en hausse.

Les militants des droits de humains réclament l'abolition des articles du code de la famille qui permettent aux juges de certifier les mariages sous certaines conditions. Ainsi, d'ici 2018, plus de 30 000 filles mineures seraient mariées dans le cadre de mariages arrangés.

Le journal Akhbar Al Youm a rapporté qu'une étude fournie par Droit & Justice, une organisation spécialisée dans la promotion de "l'État de droit" au Maroc, a montré que les demandes de mariage des femmes étaient plus nombreuses que celles des hommes avec un taux de 99,31% ; il y a eu plus de 466.000 demandes de mariage de femmes mineures, contre 326 demandes d'hommes.

Lire l'article original en espagnol sur El Monitor de Oriente


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Post Top Ad

Your Ad Spot

Pages