Plate-forme d'informations sur le Rif et l'Afrique du Nord

Breaking

Post Top Ad

Your Ad Spot

dimanche 5 janvier 2020

Une femme marocaine atteinte d'un cancer s'échappe en patera pour tenter de se soigner en Europe


"Je n'ai pas trouvé d'autre moyen que de monter sur les bateaux de la mort, de risquer ma vie pendant plusieurs jours", explique Fatma Aboudrar

Fatma Aboudrar, une femme marocaine atteinte d'un cancer, a risqué sa vie pour monter à bord d'une patera en route vers l'Espagne, où elle a l'intention de tenter de guérir sa maladie. La Nord-africaine a publié sur son compte Facebook sa photo et une vidéo la montrant avec d'autres immigrants clandestins dans leur voyage désespéré vers les Canaries.


"J'ai toujours dit que la vie continue malgré les conditions difficiles", explique Fatma dans ce réseau social, qui a laissé derrière lui sa vie à El Aiún (Sahara occidental, Maroc) pour poursuivre "ses rêves volés".

"Je n'ai trouvé d'autre moyen que de monter à bord des bateaux de la mort", raconte Aboudrar, qui se plainte des tourments qu'il subit dans un pays qui, selon son expérience, ne fait pas attention aux malades. "J'ai appris les dures leçons (...) et la seule façon que j'ai trouvée pour vivre est de m'aventurer quelques jours sur les embarcations", dit la Marocaine. 

"Nous ne voulons pas mourir"

"Mes rêves ont été rejetés sans résultat, bien que j'aie résisté à tout", dit-elle dans son texte. Elle élève également la voix pour les jeunes qui l'accompagnent dans la vidéo : "Actuellement, il n'y a pas d'opportunités", dénonce-elle. "J'avais l'habitude de me tromper en me disant que ça valait la peine de vivre au Maroc, que je trouverais la lumière au bout du tunnel. (...) Cela m'a coûté des combats, des douleurs et des luttes pour continuer", raconte-elle dans son témoignage.


Aboudrar, qui accompagne son récit d'une chanson de l'Algérien Ouled El Bahdja appelant les gens à quitter leur patrie à la recherche d'un avenir meilleur, explique comment elle a combattu en haute mer : "J'ai lutté pour ne pas me noyer à chaque forte vague. Je me suis battu avec toute ma foi jusqu'à ce que j'arrive ici. Je me suis aventuré à faire la différence entre ceux qui veulent vivre et mourir".

campagne marocaine

Le voyage d'Aboudrar coïncide avec une campagne récemment lancée par des malades du cancer sans moyens de se soigner dans le royaume alaouite. "Nous ne voulons pas mourir du cancer" a été la devise de cette initiative qui dénonce la lenteur dans l'octroi des rendez-vous dans les hôpitaux, exige une meilleure prise en charge médicale et la gratuité des soins.

Le ministère de l'Intérieur a noté dans un rapport présenté en novembre dernier au Parlement qu'en 2019, le Maroc a fait avorter 64 798 tentatives de migration illégale et a démantelé 154 réseaux de traite des êtres humains.

Par Dounia Sbai
Lire l'article en espagnol sur El Periódico  



Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Post Top Ad

Your Ad Spot

Pages