Les derniers articles

Post Top Ad

Your Ad Spot

23 févr. 2020

Ahmed Zefzafi: « Ils veulent faire taire ma voix, et c'est littéralement impossible »

DR
Face aux menaces du délégué général à l'administration pénitentiaire et à la réinsertion (DGAPR) de poursuivre le père de Nasser Zefzafi à cause de ce qu'il a appelé "les accusations gratuites incluses dans ses déclarations", Zefzafi le père a considéré que les communiqués répétés du DGAPR à son encontre avaient pour but de "faire taire sa voix".

"Ils veulent faire taire ma voix, et c'est littéralement impossible", a déclaré Ahmed Zefzafi au site Hespress. Quant à l'accusation de "servir les agenda étrangers", le père de détenu a répondu que le DGAPR "devrait avoir des preuves et des arguments et pas des déclarations à sa guise".


Ahmed Zefzafi a ajouté dans sa déclaration que "ceux qui occupent des postes de responsabilité doivent se respecter eux-mêmes et faire preuve de circonspection et de sa sagesse, au lieu d'agir arbitrairement".

Dans le même sens, l'Association Tafra formée par les familles des prisonniers politiques a condamné dans un comminiqué la "menace" du DGAPR au Zefzafi le père, en l'invitant à s'atteler à satisfaire les revendications des prisonniers en grève de la faim et à respecter leurs droits, au lieu d'adopter la politique de la fuite en avant et d'inventer des questions qui ne servent personne et qui ne feront que compliquer la crise de l'État avec le Rif et les aspirations de tout un peuple entier".

L'Association a condamné également ce qu'elle a décrit comme le "dangereux virage dans laquel le DGAPR veut tomber", mettant en garde contre "les tentatives d'utiliser le pouvoir judiciaire pour faire taire les voix des familles des prisonniers politiques du Rif".


Aucun commentaire:

Publier un commentaire

Post Top Ad

Your Ad Spot

Pages