Les derniers articles

Post Top Ad

Your Ad Spot

13 févr. 2020

Le mouchard de Cádiz, l'espion qui disait "aimer" Zefzafi, le Hirak et Lmrabet

            

Un homme a été envoyé par les services secrets marocains pour espionner les parents de Nasser Zefzafi lors de leur rencontre avec le maire de la ville espagnole de Cádiz le 30 janvier pour rendre un hommage au mouvement du Rif ?

C'est ce que révèle le journaliste Ali Lmrabet, en effet, en publiant des photos et une vidéo de l'individu en question. "Ce mouchard s'est faufilé en fraude dans le bureau du maire pour écouter et filmer les parents Zefzafi. Rapidement démasqué, il n'a pas pu expliquer le pourquoi de sa présence à Cádiz alors qu'officiellement, il réside à des centaines de kilomètres de cette ville", indique Ali Lmrabet.


Le journaliste qui a participé également à la journée d'hommage au mouvement du Rif a ajouté dans une publication sur les réseaux sociaux que "se croyant tout permis en Espagne grâce à la complaisance du gouvernement du PSOE, cet agent a évité sciemment les contrôles des services de sécurité de la mairie en se présentant faussement comme « membre » de la délégation rifaine, puis comme membre de l’association espagnole qui avait organisé la rencontre, l'Association andalouse de droits humaines et enfin, devant Ahmed Zefzafi et moi-même, comme « membre d’une importante association tangéroise », avant, faute d’arguments convaincants, de se déclarer « simple sympathisant rifain, amoureux de la cause du Hirak, de tonton Ahmed Zefzafi et même de …… Ali Lmrabet »."

"Ce monsieur, qui n’est pas rifain, aurait pu venir me voir après la rencontre et me poser toutes les questions, comme d’ailleurs le font les pauvres hères immigrés ou les drôles de « touristes » utilisés par la DGED et la DST en Europe pour soutirer quelques misérables confidences à qui le veut bien. Mais non, ce flic a préféré violer la confidentialité de mes conversations, qui ne sont d’ailleurs que des échanges d’amabilités et d’encouragements, avec des responsables politiques étrangers, et me prendre en photo et en vidéo pour transmettre cette maigre récolte à Rabat. La belle affaire", précise Ali Lmrabet qui conclut que "le problème pour ce type c’est qu’il a été démasqué. Et Comme il m’a pris en photo et m’a filmé à mon insu, je l’ai imité, mais sans me cacher. Il a violé mon intimité, je vais violer la sienne, après, bien entendu, quelques clarifications pertinentes et nécessaires auprès des acteurs de cette tragicomédie".
            


Aucun commentaire:

Publier un commentaire

Post Top Ad

Your Ad Spot

Pages