Courrier du Rif

Plate-forme d'informations sur le Rif et l'Afrique du Nord

Breaking

Post Top Ad

Your Ad Spot

mardi 11 février 2020

Offenser Mohammed VI sur Facebook se paie avec quatre ans de prison

Mohammed VI avec le boxeur Abu Bakr Azaitar, en juin 2018. (INSTAGRAM : LE_ROI_MOHAMED6)

Le tribunal de première instance de la ville d'Inezgane, dans le sud du Maroc, a condamné Omar Akhrechchi, un jeune militant, à quatre ans de prison pour avoir "offensé" le roi Mohammed VI sur sa page Facebook, a déclaré mardi une source de sa famille.

La sentence, prononcée le 2 de ce mois, mais rendue publique mardi, a également condamné Omar Akhrechchi, 34 ans, détenu depuis le 29 janvier, à une amende de 200 000 dirhams (environ 19 000 euros).


Les faits remontent au milieu du mois dernier, lorsque le jeune homme a diffusé une vidéo en direct sur sa page Facebook pour adresser de sévères critiques au roi Mohammed VI et au reste des autorités marocaines, et l'a ensuite supprimée.

Trois jours plus tard, Akhrechchi a posté un commentaire sur le même réseau social pour s'excuser auprès du monarque et exprimer sa "loyauté" envers la famille royale, justifiant son comportement en ayant "perdu le contrôle" à cause des "conditions sociales", qu'il n'a pas précisées.

Amnesty International (AI) a déclaré mardi que les autorités marocaines arrêtent et jugent de manière "intensifiée" et "arbitraire" des journalistes, des rappeurs et des Youtubeurs, dont beaucoup critiquent le roi ou des agents publics.

L'ONG a indiqué dans un communiqué qu'entre novembre 2019 et janvier 2020, neuf personnes ont été condamnées au Maroc à des peines allant de six mois à quatre ans de prison pour s'être exprimées sur les réseaux.

Une autre condamnation pour "outrage au drapeau"

Le tribunal de première instance de la ville de Khenifra, dans le centre du Maroc, a condamné un jeune militant de gauche à deux ans de prison début janvier pour "outrage au drapeau national" après un commentaire sur sa page Facebook.

Selon l'avocat Hassan Sebai, le militant Abdelali Bahmad, 34 ans, a été condamné pour "outrage au drapeau national" et "incitation à l'unité du territoire national", infractions qui sont également passibles d'une amende de 10 000 dirhams (environ 900 euros). "Le verdict est injuste et nous faisons appel", a-t-il déclaré.

Par EFE


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Post Top Ad

Your Ad Spot

Pages