Les derniers articles

Post Top Ad

Your Ad Spot

7 févr. 2020

Pédophilie et prostitution des mineurs à Marrakech



Un véhicule tout-terrain comme ceux utilisés par BlackWater (aujourd'hui Academi) s'approche d'un enfant près d'un McDonalds, non loin de la Jamaa Fna, la place des potins touristiques de Marrakech. Il est invité - il y en a plusieurs - à un dîner. Il ouvre la porte de la voiture. Le garçon entre.

Un motard italien attend que les filles quittent une école dans une ville puritaine du sud. Il se dirige vers l'adolescente - qu'il semble connaître. La fille monte sur la moto. Ils disparaissent dans la vaste étendue d'un large horizon ocre.

Un groupe de Saoudiens cherche un guide et un chauffeur qui connaît bien le quartier. Ils louent une maison pour organiser des fêtes. Ils recherchent des adolescents qui sont payés généreusement, comme si l'argent était une dignité pour leur comportement. Drogues, orgies et fêtes en gros... avec des mineurs.


Si les cris et les cloches sonnent si fort, et qu'il y a tant de nouvelles dans ce sens, il est très difficile de calculer l'ampleur de la pédophilie et du tourisme sexuel qui se produisent chaque année dans ce pays avec la régularité de l'été.

Les chiffres aseptiques donnés par les statistiques sont cachés par la censure familiale et sociale. Si l'État poursuit les abus, il ne va pas aussi loin que la famille ne l'accepte. Dans certains cas, ce qui compte, c'est la survie, et le fait de ne pas savoir d'où vient l'argent.

La source est en Europe, grande masse de consommation. "Les rituels du marché des garçons, du marché des esclaves, m'ont énormément excité", a écrit Frédéric Mitterrand, ancien ministre français de la culture, après avoir publié ses dalliances en Thaïlande. Son gouvernement a immédiatement montré son engagement "dans la lutte contre le tourisme sexuel".

Quelle contradiction pathétique !

Luc Ferry - un autre ancien ministre français de l'éducation - a dénoncé un ministre français "impliqué dans des orgies avec des enfants à Marrakech".

David Woolman raconte l'histoire d'Abdelkrim et de la guerre du Rif qui, jusque dans les années 1920, les jeunes étaient vendus sur les marchés nord-africains.

Agadir, Essaouira, Marrakech, Casablanca. Il n'est pas facile de mettre un visage sur ces enfants. Le tourisme sexuel ne montre ni chiffres ni visages concrets. Il n'est pas facile de le contrôler où que ce soit.

C'est une réalité qui englobe tous les coins, mais les certitudes sont floues quand on ne connaît ni le nom ni l'âge de la prostituée ou du prostitué. Nombreux sont ceux qui n'envisagent pas de demander l'acte de naissance d'une personne qui, à première vue, n'a pas atteint la maturité physique ou mentale.  Ou qui ne l'a atteint qu'à moitié. Il suffit de regarder ailleurs. Les ONG qui travaillent dans le pays essaient, s'engagent, se battent. L'exploitation sexuelle est universelle, même si elle touche les gens de différentes manières.


"Les gens sont divisés en deux groupes lorsque vous leur dites que vous avez voyagé au Maroc. Le premier groupe vous soutient, et le considère comme une conquête. Alors que le second groupe vous reproche : "Oh, vous avez voyagé au Maroc (c'est un pays honteux)", a déclaré Samer El Hamzi, un humoriste saoudien. "Le Maroc est un pays musulman avec des mosquées, mais les Saoudiens ne sont pas impatients de découvrir le Maroc, connu pour son tourisme sexuel et ses belles filles".

Donner des chiffres pour comprendre l'ampleur du phénomène n'aide pas. Il est de peu d'utilité. Nous ne pouvions pas mettre nos enfants à leur place, seule façon de comprendre la réalité des autres. Les chiffres sont toujours comparés à quelque chose et, au final, on risque de ressentir une fausse compassion engloutie en quelques secondes.

Il doit être difficile de grandir, de mûrir, avec le sentiment que quelqu'un s'est servi de vous et vous a violé - régulièrement - pour une poignée de dirhams. Et que cela a été permis, en plein jour ou la nuit, au vu et au su de toutes les couches de la civilisation. Ecrasé par le silence. Sauvé par quelques déclarations, une interview, peut-être un film.

Tous ces enfants sont captifs et dispersés dans des milliers de sombres grottes souterraines. Et ils ne peuvent pas sortir, car il n'y a personne pour s'occuper d'eux. Ils ne savent pas sans aide.

Par Javier López Astilleros
Lire l'article original en espagnol sur Público


Aucun commentaire:

Publier un commentaire

Post Top Ad

Your Ad Spot

Pages