Les derniers articles

Post Top Ad

Your Ad Spot

5 févr. 2020

«Pour le simple fait de dire "vive le Rif", vous pouvez être condamné à cinq ou six ans»


Sit-in devant le consulat du Maroc à Murcie le 27 novembre 2019/DR

Après deux ans sans visa, les aînés Ahmed et Soulikha se rendent en Espagne pour éviter que les condamnations de leur fils, Nasser Zafzafi, et de centaines d'autres rifains qui ont participé aux manifestations sociales de 2017 ne tombent dans l'oubli. Article du journal numérique Público à l'occasion de l'hommage rendu au mouvement du Rif à la ville de Cadix


En quatre ans, la vie peut beaucoup changer, et c'est ce qui est arrivé à Nasser Zafzafi. Un jour, il était chez lui à Al Hoceima, l'ancien Protectorat d'Espagne au Maroc, et le lendemain, il était enfermé dans une cellule d'isolement pour avoir été reconnu comme le leader du Mouvement populaire du Rif, le Hirak.

Il y a une limite à la patience, et de ce côté du détroit, c'était fini le vendredi 28 octobre 2016, lorsque les premières manifestations sociales ont éclaté à Al Hoceima après la mort du vendeur de rue Mouchin Fikri, qui a été écrasé dans un camion poubelle alors qu'il tentait de récupérer les marchandises que la police marocaine lui avait réquisitionnées.

Nasser Zafzafi a été arrêté le 29 mai 2017 après avoir interrompu un imam qui critiquait le Hirak dans une mosquée. "Ce mouvement n'a été créé que pour revendiquer les droits des rifaines et rifains. Les droits sociaux tels que les hôpitaux et l'éducation", a déclaré le père de Nasser, Ahmed Zafzafi, 75 ans.

Son fils risque maintenant 20 ans de prison, comme plus de 50 autres manifestants, bien qu'il y ait eu plus de 700 arrestations pour les mêmes raisons. Après deux ans sans obtenir de visa pour se rendre en Espagne, sa mère, Soulikha, et son père, parcourent maintenant le pays pour tenter de faire en sorte que cette histoire de répression ne tombe pas dans l'oubli. "C'est la seule façon de rendre justice", disent-ils.

Pour rendre visite à son fils en prison, il faut aller d'Al Hoceima à la prison de Fès. Le trajet le plus court dure environ quatre heures pour seulement 250 kilomètres. Quand ils partent, ils ne savent jamais ce qu'ils pourraient trouver. Nasser a entamé plusieurs grèves de la faim et s'est même cousu les lèvres en signe de protestation.

En ce moment, Ahmed dénonce que son fils est dans une cellule isolée du reste des prisonniers et qu'il a été torturé. "Nasser a été torturé par la brigade nationale marocaine. Il a été torturé d'Al Hoceima à Casablanca. Ils ont dû lui recoudre la tête. 20 ans de prison pour avoir demandé une université. 20 ans pour avoir demandé un hôpital. 20 ans pour avoir demandé une opportunité d'emploi pour les jeunes. C'est un emprisonnement injuste et une punition pour aller à l'encontre de la barbarie qui est vécue dans le Rif", explique le vieil homme.

Une région oubliée

Par conséquent, pour ce père, non seulement son fils est isolé, mais sa terre l'est aussi. "Al Hoceima est oublié à tous points de vue, politique, économique, presse... En tout, et nous avons vécu cette situation pendant longtemps, depuis 1959. Depuis le siècle dernier, nous avons vécu un terrible massacre", raconte-t-il.

La souffrance d'une famille qui voit son fils en prison pour n'avoir rien fait d'autre que de défendre une juste cause n'est pas réconfortante. "La douleur est très grande quand une mère élève son enfant et qu'ensuite ils le torturent et le maltraitent", déplore-t-elle. "Il ne le mérite pas, il n'a rien fait, il n'a rien dit qui ne soit pas vrai. Nous sommes fatigués de dire au gouvernement que nos enfants n'ont rien fait et qu'ils ne méritent pas d'être arrêtés. Et le régime [marocain] le sait, mais il s'en moque. Cela les laisse en prison avec des peines injustes pour des crimes qu'ils n'ont pas commis", dit Soulikha.

Parmi les militants emprisonnés, 188 ont été graciés par le roi Mohammed VI en août 2018, à l'occasion d'une fête nationale, mais la grâce royale n'a pas concerné les principaux dirigeants des manifestations.

La Cour d'appel de Casablanca a condamné Zafzafi, Nabil Ahamjik, Wasim al Boustati et Samir Ighir à deux décennies de prison pour atteinte à la sécurité intérieure de l'État, en vertu de l'article 201 du code pénal, en plus d'autres infractions telles que la rébellion et la participation à des manifestations illégales.

"Le Mouvement populaire du Rif ne montre qu'une résistance pacifique. Il y a eu des marches dans les rues d'Al Hoceima, mais c'était une lutte pacifique", insiste le père presque octogénaire du leader rifain emprisonné.

Depuis lors, la confiance envers la justice a été brisée tant par Nasser, qui n'a pas fait appel de sa peine de 20 ans pour cette raison, que par les autres condamnés et leurs familles. Ils comprennent que ces décisions "vont au-delà de la justice". Soulikha est claire à ce sujet et l'affirme avec force : "Je n'ai aucune confiance dans le régime ou dans sa justice. Les militants de premier plan ne méritent pas d'être condamnés pour avoir revendiqué des droits fondamentaux. Ceux qui méritent d'être condamnés sont les responsables du régime qui ont laissé un pays très appauvri".

Le mouvement, bien qu'il ait été étouffé par les autorités, a commencé à s'organiser en Europe grâce à la communauté rifaine à l'étranger - abondante surtout en Espagne, aux Pays-Bas et en Belgique - et aux rifains qui ont été contraints à l'exil par la persécution politique.

A tel point qu'il est de plus en plus fréquent de voir de jeunes rifains qui, en arrivant sur la côte andalouse sur une embarcation, lèvent la main avec trois doigts centraux levés. C'est le symbole amazigh qui représente les trois éléments centraux de la culture berbère opprimée : l'identité, la terre et la langue. Depuis le début des protestations, le geste s'est résigné aux trois exigences du Hirak : université, hôpital et travail.

"Il est normal que nos jeunes quittent le Rif. Ils partent en embarcation parce qu'ils préfèrent mourir en mer que de rester à Al Hoceima. La répression du régime est très grande : torture, arrestations arbitraires, prison. Par exemple, pour le simple fait de dire "vive le Rif", vous pouvez être condamné à cinq ou six ans", illustre Soulikha.

"Qui est responsable de cette migration qui n'est sûre pour personne ? Pas nous. Nous demandons seulement du travail pour les jeunes, qu'ils ne soient pas obligés de partir, que l'État construise des universités pour nos enfants et qu'ils puissent rester sur leur terre quand ils auront terminé le lycée. Nous voulons simplement que nos droits soient respectés", souligne le père.

Mais le Maroc n'est pas la seule cause de tous les maux du Rif, qui entre 1921 et 1926 est devenu une république indépendante proclamée par Abdelkrim El Khattabi après avoir vaincu les Espagnols à la bataille d'Anuoal. Ahmed rappelle que le peuple du Rif ne veut pas l'indépendance, ce dont le Maroc l'accuse, mais simplement "ne pas être invisible et voir ses droits pris en compte", comme des soins de santé adéquats.

L'hôpital pour le traitement du cancer dans la région était l'une des principales revendications du Hirak pour une région où le cancer est endémique. En 2015, un essai a été présenté à Rabat qui étudiait la terrible influence des gaz des bombardements espagnols sur le Rif, près d'un siècle plus tard, sur le taux élevé de maladies dans la région. Quatre-vingt pour cent des adultes et 50 % des enfants atteints de cancer traités à l'hôpital oncologique de Rabat proviennent de la même région du Rif qui a été bombardée par l'armée de l'air espagnole. "J'ai moi-même un cancer. Ma fille a un cancer. Toute ma terre souffre du cancer", conclut Soulikha.

Par Lucía Muñoz
Lire l'article original sur Publico


Aucun commentaire:

Publier un commentaire

Post Top Ad

Your Ad Spot

Pages