Les derniers articles

Post Top Ad

Your Ad Spot

25 mars 2020

Coronavirus. L'ONU appelle les pays à réduire la population carcérale et libérer les prisonniers politiques

DR

L'ONU exhorte les pays à réduire le nombre de personnes en détention, affirmant que " la séparation physique et l'auto-isolement dans de telles conditions sont pratiquement impossibles".


La Haute Commissaire des Nations Unies Michelle Bachelet a déclaré que les autorités devraient chercher des moyens de libérer les personnes détenues qui sont particulièrement vulnérables à la maladie, comme les personnes âgées ou celles qui ont des problèmes de santé. Elle ajoute qu'elles devraient également envisager de libérer les détenus à faible risque.

"Maintenant, plus que jamais, les gouvernements devraient libérer toute personne détenue sans base juridique suffisante, y compris les prisonniers politiques et autres détenus ayant simplement exprimé des opinions critiques ou dissidentes", a déclaré Mme Bachelet.

Aux États-Unis, les établissements fédéraux et d'État prennent certaines mesures pour limiter la propagation du virus, comme la suspension des visites sociales ou un dépistage supplémentaire des nouveaux détenus, comme l'a signalé Martin Kaste de la NPR. Et certains comtés libèrent les détenus plus tôt et encouragent la police à limiter les arrestations, a noté Jimmy Jenkins de KJZZ. Les défenseurs des prisonniers continuent de tirer la sonnette d'alarme sur la densité de la population et les préoccupations en matière d'hygiène.

D'autres pays, comme l'Iran, auraient libéré des milliers de prisonniers. Le Brésil, entre autres, a connu des évasions massives de prison. Dans une grande prison de Bogotá, en Colombie, au moins 23 personnes sont mortes lors d'une tentative d'évasion présumée.

"Il est vital que les gouvernements se penchent sur la situation des personnes détenues dans leur plans de crise pour protéger les détenus, le personnel, les visiteurs et bien sûr la société en général", déclare Bachelet.

Elle ajoute : "Avec l'apparition de la maladie et le nombre croissant de décès, déjà signalés dans les prisons et autres établissements dans un nombre croissant de pays, les autorités devraient agir maintenant pour prévenir de nouvelles pertes de vie parmi les détenus et le personnel".

Étant donné que de nombreux établissements pénitentiaires limitent les visites en personne, Mme Bachelet a encouragé les autorités à examiner d'autres options pour aider les détenus à rester en contact avec le monde extérieur, comme la vidéoconférence et l'autorisation d'un plus grand nombre d'appels téléphoniques.

Lire l'article originale en anglais sur NPR


Aucun commentaire:

Publier un commentaire

Post Top Ad

Your Ad Spot

Pages