Les derniers articles

Post Top Ad

Your Ad Spot

1 mars 2020

Le Maroc interdit une formation sur les droits humains soutenue par l'ambassade des Pays-Bas



Le signe d'une nouvelle escalade concernant les relations entre le Maroc et les Pays-Bas. Les autorités marocaines ont empêché, samedi dernier, la tenue d'une session de formation sur les "mécanismes nationaux et internationaux de protection des militants des droits humains" qui devait être organisée par l'Association des Jeunes Avocats dans la ville de Meknès, avec le soutien de l'ambassade des Pays-Bas au Maroc.

Dans un entretien avec le journal Asharq Al-Awsat, le responsable de l'Association des Jeunes Avocats, Lahceb Bencheikh, a précisé que les autorités ont fait des pressions sur le directeur de l'hôtel où devait être tenue la rencontre. "Nous avons réservé un hôtel pour organiser la session de formation, mais nous avons été surpris lorsque le directeur de l'hôtel nous a dit avoir reçu des ordres de hautes autorités pour annuler l'activité".


Lahceb Bencheikh a déclaré que la décision d'interdire la formation est inacceptable et nuit à l'image du Maroc à l'étranger.

Le responsable de l'association s'est dit surpris de la décision prise par les autorités de Meknès, notant que des activités similaires étaient organisées dans différentes villes et dans les mêmes conditions, sans pour autant être interdites.

M. Bencheikh a indiqué que l'association avait organisé au début du mois de février un cours dans la ville de Khemisset (près de Rabat), auquel ont participé des avocats d'Algérie et de Mauritanie et 180 avocats marocains, avec le soutien de l'ambassade des Pays-Bas, mais il a affirmé que ce cours n'avait pas été interdit.

Il a qualifié cette décision d'"incompréhensible", soulignant que l'association a un programme de travail commun avec l'ambassade des Pays-Bas pour une période d'un an.

D'autres associations ont également des partenariats avec la même ambassade, et leurs activités ne sont pas empêchées, a-t-il ajouté.

Selon les observateurs, la décision des autorités marocaines d'empêcher la session s'inscrit dans le cadre de leur réponse aux tentatives des Pays-Bas de faire pression sur le Maroc depuis l'Union européenne en ce qui concerne les protestations du Hirak du Rif, rapporte Asharq Al-Awsat.

Une délégation politique néerlandaise, composée de la dirigeante du parti socialiste Lilian Marijnissen et de la députée du même parti Sadet Karabulut, avait fait une visite le 7 janvier à Al-Hoceima pour prendre connaissance de la situation dans la région après les protestations qu'a connues le Rif, et puis a publié un rapport dans lequel dénonce la situation des détenus politique rifains.

Suite au rapport publié par la délégation du PS, Hassan Abyaba, porte-parole du gouvernement marocain, a exprimé son opposition à "l’ingérence des Pays-Bas dans les affaires intérieures du royaume". 

Les relations entre les Pays Bas et le régime marocain ont connu des tensions à maintes reprises ces dernières années à cause de la répression dans le Rif.


Aucun commentaire:

Publier un commentaire

Post Top Ad

Your Ad Spot

Pages