Les derniers articles

Post Top Ad

Your Ad Spot

17 avr. 2020

Bloqués au Maroc : des milliers de Néerlandais sont victimes d'un conflit diplomatique

DR
Bloqués au Maroc : des milliers de Néerlandais sont victimes d'un conflit diplomatique, titre l'hebdomadaire néerlandais De Volkskrant (Le Journal du peuple) un article qui fait la lumière sur ce que certains considèrent instrumentalisation à des fins politiques concernant le refus du Maroc de laisser des citoyens néerlandais rentrer chez eux.

De Volkskrant indique pourtant que quitter le Maroc pour le moment n'est facile pour personne. Il y a cinq semaines, le Maroc a fermé précipitamment son espace aérien et depuis lors, des milliers de personnes ne peuvent pas rentrer chez elles - des personnes de toutes les nationalités. Le ministre des affaires étrangères Blok dément qu'il ne s'agisse que d'un problème néerlandais. Jeudi, son ministère a de nouveau annoncé qu'il travaillait très dur sur le rapatriement.

Mais quand même la France, la Grande-Bretagne et le Canada ont rapatrié au moins une partie de leurs ressortissants. Mardi, Airfrance s'est envolé de Marrakech pour Paris et a été autorisé à emmener six ressortissants néerlandais sur son vol. Cité par l'hebdomadaire, l'expert du Maroc Paolo De Mas, de l'université de Leyde a estimé que "Des pays comme la France ont une marge de négociation, ils peuvent prendre des mesures politiques et économiques".


Aux Pays-Bas, cette perspective n'existe toujours pas. Les experts ne peuvent pas trouver d'autre explication que la mauvaise relation diplomatique, note De Volkskrant. "Je suis au Maroc depuis 46 ans maintenant et la relation marche toujours par vagues. Quand les choses vont mal, c'est toujours à cause de l'ingérence des Pays-Bas dans la démocratie marocaine et l'État de droit" (sic), a déclaré Paolo De Mas à l'hebdomadaire. 

La même source rappelle qu'il y a beaucoup de choses qui se passent au Maroc. Par exemple, l'ambassadeur des Pays-Bas à Rabat a été convoqué en 2018 lorsque le ministre des Affaires Étrangères Blok a déclaré dans la Chambre que les peines de prison contre les dirigeants du mouvement de protestation dans Rif semblaient "exagérées". L'expert cité par le média néerlandais Paolo De Mas a estimé qu'"Au Maroc, cette ingérence est considérée comme une atteinte à la souveraineté du roi".

"Les relations diplomatiques ont été mauvaises pendant longtemps, même avant ce conflit", indique de son côté Jan Hoogland, ancien diplomate au Maroc, en ajoutant qu'au Maroc "l'opinion publique et les médias sont plutôt dirigés contre les Pays-Bas".

De Volkskrant a cité un article publié mercredi soir par le média d'information marocain Hespress, et dans lequel un haut responsable anonyme du gouvernement marocain a affirmé que les Pays-Bas jouent le rôle de tuteur vis-à-vis des Marocains de nationalité néerlandaise. Selon le responsable, les relations difficiles entre les deux pays jouent un rôle important dans le rapatriement difficile et le gouvernement marocain rejette la manière dont les Pays-Bas ont demandé l'autorisation pour cela. Ainsi la position des Pays-Bas sur la question du rapatriement provoque également beaucoup d'irritation au Maroc, note le média néerlandais.

Post Top Ad

Your Ad Spot

Pages