Page Nav

HIDE

Grid

GRID_STYLE
FALSE

Classic Header

{fbt_classic_header}

Header Ad

latest

Le Maroc rejette l'accusation d'abus de la police pour faire respecter le confinement

Des agents de pouvoir giflent un jeune pour faire respecter le confinement. Capture d'écran Le Maroc a rejeté les allégations de bru...

Des agents de pouvoir giflent un jeune pour faire respecter le confinement. Capture d'écran
Le Maroc a rejeté les allégations de brutalité policière dans l'application d'un confinement visant à limiter la propagation du coronavirus, après qu'un fonctionnaire du bureau du Haut Commissariat des Nations unies aux droits de l'homme l'ait inclus dans une liste de pays où la répression avait suscité des inquiétudes.

La Haute Commissaire Michelle Bachelet a accusé les gouvernements d'utiliser les pouvoirs d'urgence invoqués sur le coronavirus "pour étouffer la dissidence, contrôler la population, et même perpétuer leur temps au pouvoir".

Bachelet n'a nommé aucun pays. Mais lors d'une conférence de presse à Genève, Georgette Gagnon, directrice des opérations sur le terrain pour le Haut Commissariat des Nations Unies, a inclus le Maroc parmi les 15 pays qu'elle a identifiés comme étant les plus inquiétants en matière d'application des mesures de confinement.

La mission diplomatique du Maroc à Genève a déclaré dans un communiqué que les mesures adoptées par le Maroc pour contenir le coronavirus étaient conformes à "l'État de droit et au plein respect des droits de l'homme".

"Les fausses informations sur les violations présumées partagées par certains médias sont sans fondement et n'ont été mentionnées dans aucun document officiel du Haut Commissariat aux droits de l'homme", a-t-elle déclaré.

La police marocaine a enregistré près de 77.000 violations des mesures visant à contenir le coronavirus et près de 41.000 personnes attendent d'être jugées pour cette raison, a déclaré une source marocaine. Les procureurs ont indiqué que 5% d'entre elles sont en détention.

Le Maroc a confirmé 4.252 cas de coronavirus, dont 165 décès.

Par Reuters