Page Nav

HIDE

Grid

GRID_STYLE
FALSE

Classic Header

{fbt_classic_header}

Header Ad

latest

Maroc : en plein crise du coronavirus, le régime achète des armes pour un coût estimé à 62 millions de dollars

DR Le Département d'État américain a approuvé une vente éventuelle de 10 missiles à lancement aérien AGM-84L Harpoon Block II au Mar...

DR
Le Département d'État américain a approuvé une vente éventuelle de 10 missiles à lancement aérien AGM-84L Harpoon Block II au Maroc pour un coût estimé à 62 millions de dollars.

La vente est effectuée dans le cadre du programme américain de vente de matériel militaire à l'étranger (FMS). L'Agence de coopération pour la défense et la sécurité (DSCA), qui supervise les ventes FMS, a délivré la certification requise en notifiant le Congrès de cette vente éventuelle le 14 avril, indique le site Def Post.

"Cette vente proposée soutiendra la politique étrangère et la sécurité nationale des États-Unis en aidant à améliorer la sécurité d'un allié majeur non-membre de l'OTAN qui continue d'être une force importante pour la stabilité politique et le progrès économique en Afrique du Nord", déclare le département d’Etat.


En effet, ce n'est pas la première fois que le Maroc achète des armes aux Etats-Unis dans un moment de crise. En novembre 2019, il a acheté 36 hélicoptères pour un montant global de 4,25 milliards de dollars.

En Septembre 2019, il a acquis des armes et des munitions américaines d'une valeur de 985 millions de dollars.

En novembre 2018, le gouvernement américain avait approuvé la vente de matériel et d'équipements militaires que le Maroc avait demandés d'une valeur de 1,259 millions de dollars.  

A noter que ces achats suscitent souvent des critiques sur leur utiliité dans un moment où le pays connaît une grave crise sociale, qui est actuellement aggravée par la crise sanitaire de Covid-19.

En 2019, deux parlementaires de la Fédération de la Gauche Démocratique ont proposé en vain une réduction des budgets de la Défense nationale à côté de ceux de du Palais, du Parlement, du Ministère de l’Intérieur et du Ministère des Finances, au profit des secteurs de la Santé et de l’Education.