Les derniers articles

Post Top Ad

Your Ad Spot

30 mai 2020

Des associations tunisiennes demandent la libération de Soulimane Raissouni

DR
Des organisations tunisiennes demandent aux autorités marocaines de libérer immédiatement le rédacteur en chef du journal indépendant "Akhbar Al-Youm", Soulimane Raissouni, et de cesser de placer des journalistes en détention sous des accusations fabriquées de toutes pièces.

Cette déclaration a été publiée à l'origine sur la page Facebook de l'Association « Vigilance pour la Démocratie et l'État Civique » le 29 mai 2020.

Les associations tunisiennes soussignées demandent aux autorités marocaines de libérer Soulimane Raissouni, rédacteur en chef du journal indépendant Akhbar Al-Youm. Elles demandent également de mettre fin à la fabrication de dossiers criminels utilisés comme outil pour réduire au silence les journalistes et les militants des droits de l'homme ainsi que pour criminaliser la liberté d'expression et de la presse.

Soulimane Raissouni a été arrêté près de son domicile à Casablanca le 22 mai 2020 et a comparu le 25 mai devant le procureur adjoint du roi à la cour d'appel de Casablanca. Le juge d'instruction l'a accusé d'"attentat à la pudeur et de séquestration" et a ordonné sa détention à la prison d'Oukacha, jusqu'à une audience pour un interrogatoire détaillé le 11 juin, selon des sources des médias et des droits de l'homme.

L'arrestation de Raissouni est survenue huit mois après que sa collègue Hajar Raissouni, ainsi que son fiancé, aient été graciés par le roi Mohamed VI, alors qu'ils purgeaient une peine d'un an de prison pour avoir prétendument procédé à un "avortement illégal". Selon des groupes arabes et internationaux de défense des droits de l'homme, le procès n'a pas respecté les normes internationales d'équité et a violé les engagements internationaux du Maroc.

Le procès de Raissouni survient également moins de deux ans après une autre décision de justice violant la Constitution du Royaume du Maroc et son engagement envers le Pacte international relatif aux droits civils et politiques. La justice a condamné le fondateur et directeur d'Akhbar Al-Youm, Taoufik Bouachrine, à 12 ans de prison pour "trafic d'êtres humains, attentat à la pudeur, viol, tentative de viol et harcèlement sexuel", entre autres accusations inventées de toutes pièces.

Un jugement de la cour d'appel de 2019 a augmenté de trois ans la peine de 12 ans infligée à Bouachrine.

Le groupe de travail des Nations unies sur la détention arbitraire a estimé que priver Bouachrine de sa liberté était injuste, et a appelé les autorités marocaines à le libérer et à lui payer des réparations pour le préjudice qu'il a subi (le lien de rapport).

Le 22 mai, l'association marocaine Freedom Now a dénoncé l'arrestation de Soulimane Raissouni et a appelé à sa libération immédiate, ainsi qu'au respect par les autorités de la Constitution marocaine, qui défend les libertés et respecte les engagements internationaux. Freedom Now considère que son arrestation a été provoquée "par ses éditoriaux très critiques" et par la campagne de diffamation à laquelle il a été exposé dans les médias pro-gouvernementaux.

Les ONG signataires réaffirment que la protection de la liberté d'expression et de la liberté de la presse au Maroc et dans tous les États arabes est une condition fondamentale pour éradiquer la corruption et le despotisme qui érodent leurs institutions et les menacent d'une régression croissante.

Les associations signataires

Association Histoire et mémoire commune pour la liberté
Forum d'Attajdid pour une pensée progressiste
Beity (Ma maison)
Coalition civile pour les libertés individuelles (40 associations).
Comité pour le respect des libertés et des droits de l'homme en Tunisie
Centre de soutien à la transition démocratique et aux droits de l'homme (DAAM)
Fondation Hassen Saadaoui pour la démocratie et l'égalité
Union nationale des journalistes tunisiens
Pas de paix sans justice
Organisation 10-23 soutien au processus de transition démocratique
Organisation contre la torture en Tunisie
Perspectives el Amel Tounsi
Association tunisienne pour la défense des libertés individuelles
Association tunisienne pour la défense des valeurs académiques
Association tunisienne des femmes démocrates
Centre de Tunis pour la liberté de la presse
Coalition tunisienne pour l'abolition de la peine de mort
Ligue tunisienne pour la défense des droits de l'homme
Union tunisienne des médias communautaires
Association des femmes tunisiennes pour la recherche et le développement
Vigilance pour la démocratie et l'État civique


Post Top Ad

Your Ad Spot

Pages