Page Nav

HIDE

Grid

GRID_STYLE
FALSE

Classic Header

{fbt_classic_header}

Header Ad

latest

Il y a trois ans que le régime marocain enlevait des activistes rifains et les terrorisait à bord des hélicoptères

DR Il y a trois ans que le régime marocain a conduit un plan infernal et une mise en œuvre accélérée de terrorisme d'Etat dans le Ri...

DR
Il y a trois ans que le régime marocain a conduit un plan infernal et une mise en œuvre accélérée de terrorisme d'Etat dans le Rif, des arrestations massives, tortures et intimidations. La répression est évaluée à plus de 1680 procédures judiciaires, plus de 1650 condamnations, deux meurtres et des milliers d'exilés. 

« Ici (au commissariat, ndlr), j’ai été soumis aux pires formes de torture : [j’ai été] battu avec des objets tranchants, des objets en métal et des bûches, ce qui a entraîné un important saignement. J’ai également été soumis à une torture physique, verbale et morale et à la forme de torture la plus extrême : le viol. Tout cela s’est passé alors que nous étions encore à terre. La violence s’est poursuivie sans interruption à bord de l’hélicoptère qui m’a transporté d’Al Hoceima à Casablanca. Alors que je saignais abondamment et que ma tête était couverte, cinquante agents m’ont torturé à tour de rôle », a décrit Nasser Zefzafi les circonstances de son arrestation

En effet, les temoignages de plusieurs détenus affirment avoir été terrorisés à bord des hélicoptères qui l'ont transporté d’Al Hoceima à Casablanca. C'est le cas par exemple de Mohammed Bouhanouch qui a été âgé de 19 ans lors de son arrestation. Des « menaces de la part de membres de la DGSN de me tuer en me jetant de l’avion », a indiqué Bouhannouch au juge qui l'a condamné à 15 ans de prison ferme au nom du roi Mohamed Six.

Wasssim El Bousettati a raconté le même récit concernant cette méthode de terreur. « Lorsqu’ils nous ont emmené à l’aéroport, dans l’hélicoptère, face caché et bras menottés,(..) j’ai contemplé ma vie défiler devant mes yeux, l’image s’est figée sur ma mère : à qui vais-je la laisser ? Ma sœur qui prendra soin d’elle ? (..) Je me suis perdu dans mes réflexions, soudain, j’ai entendu quelqu’un me chuchoter à l’oreille (en dialecte marocain) "bientôt tout cela sera terminé, on jettera vos putains de mères à la mer, apaches, bâtards, fils d’espagnols, on sera débarrassé de vous" ».