Page Nav

HIDE

Grid

GRID_STYLE
FALSE

Classic Header

{fbt_classic_header}

Header Ad

latest

Paris. Procès en appel de deux hommes accusés d'avoir soutiré des millions à de riches personnalités

Capture d'écran d'une vidéo du faux Jean-Yves Le Drian — © Screenshot France2 De lundi 22 juin au lundi 29 juin, Gilbert Chikl...

Capture d'écran d'une vidéo du faux Jean-Yves Le Drian — © Screenshot France2
De lundi 22 juin au lundi 29 juin, Gilbert Chikli et son principal coaccusé Anthony Lazarevitch, soupçonnés d'avoir monté une monumentale arnaque, sont jugés en appel à Paris. Ils avaient été respectivement condamnés à 11 et 7 ans de prison par la 13e chambre du tribunal correctionnel de Paris le 11 mars dernier.

Les faits de cette affaire, connue sous le nom de procès du «faux Jean-Yves Le Drian», s’étaient déroulés entre 2015 et 2017. Gilbert Chikli et Anthony Lazarevitch se faisait passer pour le ministre français des Affaires étrangères de l'époque Jean-Yves Le Drian, devenu en 2017 le chef de la diplomatie de son pays, et ont réussi à soutiré des millions à de riches personnalités françaises ou étrangères.

Le roi des Belges, le PDG de Total, l’archevêque de Paris, le président du Gabon, le directeur général de l'association Sidaction... En 2015-2016, plus de 150 personnalités ont été contactées par le groupe d'escrocs. La propriétaire de la société Château Margaux, qui exploite un des plus prestigieux domaines viticoles bordelais, l'Aga Khan, chef spirituel de la communauté ismaélienne, ou encore un richissime homme d'affaires turc s'y sont laissé prendre, pour un butin estimé à près de 60 millions d'euros, indique le Figaro

Parmi les personnalités qui ont été trompées par Gilbert Chikli et Anthony Lazarevitch figure également le roi du Maroc Mohamed VI, indiquent les médias marocains.

Le procès du «faux Jean-Yves Le Drian» a surtout mis à nu le talent de bonimenteur du principal suspect dans cette affaire et la naïveté de ses cibles, observe de son côté le titre suisse Le Temps