Les derniers articles

Post Top Ad

Your Ad Spot

22 juin 2020

Qui arrêtera le train fou de la société israélienne de logiciels espions NSO ?

DR
Il est prouvé depuis des années que NSO a vendu ses outils à des dictatures qui les ont utilisés pour traquer des journalistes, des militants des droits humains et des dissidents - dont certains ont été torturés ou assassinés, dénonce ce journaliste israélien les pratiques d'une société à but lucratif qui place l'argent au-dessus de tout.

Le cas d'Omar Radi, le journaliste marocain qui aurait fait l'objet d'une campagne d'espionnage par le gouvernement marocain via les outils de cyber-piratage de NSO basé à Herzliya, est le dernier d'une longue liste de cas similaires. Au fil des ans, les preuves se sont accumulées que NSO a vendu sa cyber-arme à des dictatures qui l'utilisent pour espionner des journalistes, des militants des droits humains et des dissidents. Certains d'entre eux ont été emprisonnés et torturés, d'autres ont été assassinés.


NSO dit qu'il aide à prévenir la terreur. Mais même si son arme cybernétique aide parfois à arrêter les terroristes ou à prévenir les crimes graves, on n'arrête pas le crime par le crime. La présomption d'innocence est importante, et la terreur d'un gouvernement contre ses citoyens reste de la terreur.

Les preuves semblent indiquer que NSO a vendu ses services à des pays tels que les Émirats arabes unis, l'Arabie saoudite, le Mexique (le leader mondial des journalistes assassinés) et le Ghana (avec lequel les négociations n'ont pas abouti à un accord). Le Maroc réprime les manifestants et les militants des droits humains et persécute les journalistes. Au fil des ans, il a fermé un certain nombre de médias qui critiquent le gouvernement, lance de fausses accusations contre les militants et utilise les médias associés au régime pour calomnier les critiques du gouvernement.

Tout cela est de notoriété publique, mais cela n'a pas empêché NSO de vendre soi-disant ses services à Rabat. Pendant des années, NSO a promis de n'aider que le monde et non, Dieu nous en préserve, de faire du mal aux militants des droits humains. L'entreprise dispose d'un "comité d'éthique" qui approuve ostensiblement les contrats et, depuis fin 2019, elle a promis de respecter des normes plus strictes, conformément aux directives des Nations unies pour une entreprise responsable.

À ce jour, il ne semble pas y avoir de substance derrière les grands mots de NSO, et il ne faut pas s'attendre à grand chose - en fin de compte, il s'agit d'une société à but lucratif qui place l'argent au-dessus de tout. Comme l'a dit Radi, "Ils prendront un engagement éthique et ce genre de choses, ils feront jurer tous leurs dieux de dire "Nous ne faisons plus ça, nous ne faisons pas de mal". Et ensuite, ils continueront à vendre et ils continueront à vendre".

Apparemment, c'est Israël qui devrait réglementer. Le ministère de la défense a un régulateur pour superviser les exportations de défense. Il accorde les licences d'exportation aux sociétés d'armes cybernétiques, dont NSO. Dans le passé, le ministère de la défense a déclaré à Haaretz : "La politique de régulation est fréquemment examinée en fonction de diverses considérations, y compris la préservation des droits humains".

Mais à en juger par les faits, du Bangladesh à l'est au Honduras à l'ouest, les considérations morales ne sont pas vraiment prises en compte, ou alors elles sont en dernier sur la liste des bureaucrates des ministères. Mais ce n'est pas le pire. Les ventes de défense font partie des négociations diplomatiques d'Israël. Lorsqu'Israël vend des armes au Maroc ou à l'Arabie Saoudite et à d'autres pays du Golfe, il obtient un silence diplomatique et affaiblit la critique internationale de l'occupation. Ainsi, un crime en justifie un autre. C'est l'une des motivations pour approuver ces sombres transactions.

Alors, qui va mettre fin à ce schéma ? Faute de leader, toute la responsabilité incombe aux organisations de défense des droits et aux journalistes vivant sous des dictatures.

Par Amitai Ziv
Lire l'article original en anglais sur Ha'Aretz

Post Top Ad

Your Ad Spot

Pages