Les derniers articles

Post Top Ad

Your Ad Spot

26 juil. 2020

Juan Román, écrivain espagnol qui a passé la majorité de sa vie à Al Hoceima

 Juan Román/DR
Juan Román Sempere (Al Hoceima, 1935-Melilla, 2000), est né dans l'une des premières familles à s'installer dans la ville naissante de Villa Sanjurjo (Al Hoceima). Son père, Juan Román Gonzálvez, originaire d'Elx/Elche (Alacant), dirigeait plusieurs commerces (magasin, usine de matériaux de construction...) et, à l'époque de la Deuxième République, il fut le premier membre de la Commission locale des services municipaux (1934). Juan a passé toute sa vie à Al Hoceima, à l'exception de sa période universitaire à Grenade au milieu des années 50, pendant laquelle il a développé son intérêt pour le théâtre, en collaborant avec José Martín Recuerda dans la Compagnie de théâtre universitaire de cette ville andalouse. 

Cela lui a permis de prendre contact peu après avec les milieux culturels italiens, où il a vécu pendant des périodes entre les années 60 et 80 et où il a participé à diverses expériences de théâtre avant-gardiste ; là, il a également développé ses compétences de sculpteur, en organisant diverses expositions à Florence et à Brescia. Ami de personnalités importantes de la culture italienne comme l'écrivain et diplomate Mauro Curradi et l'activiste théâtral, acteur et chanteur d'opéra Sandro Lombardi, il est également l'un des rares Espagnols qui sont restés à Al Hoceima après l'indépendance du Maroc, en étant très apprécié dans la ville pour son implication dans la culture rifaine.

Il a écrit les livres suivants : "Ancora uno suo sbarco" (Brescia, 1990) ; "Fragmentos de una conversacion continua sobre Alhucemas" (Melilla, 1994) et en collaboration avec Piero Biasion "El mundo invisible de los Yenún" (Melilla, 1996).

"Nous ne serons plus que sept", a dit Juan Román à propos des Espagnols d'Al Hoceima (ancienne Villa Sanjurjo) qui vivent encore dans cette ville au bord de la Méditerranée. 

Román a publié en 1994 "les Fragments d'une conversation en cours sur Al Hoceima", qui retrace les événements historiques depuis la fondation de la ville après le débarquement de Primo de Rivera en 1925, et comprend un large éventail de photographies. Le cœur du livre est formé par les nombreuses conversations de l'auteur avec ses compatriotes, un étalage de données plein de vie et de mémoire. 

Al Hoceima permet à cet Espagnol récalcitrant de s'expliquer devant le monde entier. "Je crois que les Rifains sont des gens qui savent comment survivre et vivre, et c'est pourquoi ils ont traversé le passage de tous les pouvoirs qui leur sont tombés dessus. Prenons l'exemple des mille cafés d'Al Hoceima. Que font les gens là-bas, qui semblent ne rien faire ? Eh bien, ils travaillent : ils n'ont ni téléphone ni ordinateur, mais au café, ils restent informés, et ils savent combien de temps prendra le camion qui les intéresse, ou comment le ciment sortira, ou ce qui se passera avec telle ou telle patera... J'ai été là toute ma vie et je ne sais toujours pas ce qu'ils font pour vivre. Bien sûr, je ne sais pas non plus de quoi je vis", rapporte El Pais dans un article publié en 1995 ces déclarations de Román.

"Al Hoceima a été construite par des civils, comme mon père, qui avait un magasin de chaussures ; des gens qui voulaient même construire une médina pour encourager la population rifaine", a raconté Román. Elle compte aujourd'hui environ 60 000 habitants. "Les jeunes ne pensent qu'à passer en Europe".

Sources:

Le blog Actividades Jovellanos: Breve semblanza de Juan Román

El País: El último de Alhucemas

Post Top Ad

Your Ad Spot

Pages