Les derniers articles

Post Top Ad

Your Ad Spot

4 juil. 2020

Maroc. Communiqué de huit victimes d'espionnage avec la technologie israélienne « NSO »

DR
La réaction du gouvernement marocain au rapport d’Amnesty international affirmant le recours des autorités à la technologie israélienne NSO pour espionner des citoyens marocains comme Omar Radi, Maati Monjib et Abdessadek Bouchtaoui fut très épidermique. Rabat a déclaré qu’Amnesty est une organisation partiale et manipulée par des forces hostiles au Maroc... Plusieurs activistes et défenseurs des droits humains marocains ont publié le communiqué suivant.

WhatsApp est-il également hostile au Maroc?

Nous soussignés, avions été informés par les responsables de l’administration de WhatsApp, et par Amnesty International que nos téléphones portables étaient la cible d’opérations d'espionnage dont l'origine est un logiciel de la société israélienne NSO, déclarons à l'opinion publique nationale et internationale ce qui suit:

- L’administration WhatsApp nous avait informé en novembre 2019 qu’elle avait découvert que nos téléphones eussent été la cible d’attaques aux fins d'espionnage, ce qui viole notre droit à la vie priviée. Whatsapp nous avait contacté chacun à titre individuel au moment de la publication du rapport d'Amnesty International qui confirmait ce qu'avait découvert l'administration de Whatsapp, à savoir que les autorités de plusieurs pays, dont le Maroc, procédaient à l'usage du logiciel Pegasus aux fins d'espionnage, le logiciel en question a été acquis auprès de la société israélienne NSO, et a servi à nous espionner.

- L’administration de WhatsApp a annoncé durant le mois d’octobre 2019 qu'elle avait découvert une faille de sécurité qui était exploitée par la société NSO pour espionner les téléphones de 1400 personnes entre avril et mai 2019 dont une centaine de défenseurs des droits humains dans des pays comme le Bahreïn, les Emirats et le Maroc.

- Nous avions déposé une plainte auprès de la commission nationale de la protection des données à caractère personnel (CNDP) le 14 novembre 2019 pour demander l'ouverture d'une enquête à propos de l’espionnage dont nous avons été l'objet, mais aucune suite n’a été donnée à notre plainte.

- Nous souhaitons insister ici sur notre droit à la protection de nos données personnelles et nous refusons la tentative des autorités marocaines de se soustraire à leurs responsabilités à propos de la surveillance illégale des opposants, celle-ci constitue une violation de leurs droits fondamentaux.

Signataires:

- Aboubakr Jamai, universitaire et journaliste.

- Fouad abdelmoumni, militant pour la démocratie et les droits humains.

- Maati Monjib, professeur et président de l'association Freedom Now.

- Hassan Bennajeh, membre du secrétariat général du cercle politique de la jamaa Adl wal Ihsane.

- Mohamed Hamdaoui, responsable des relations extérieures de la jamaa Adl wa Ihsane.

- Abdellatif El Hamamouchi, journaliste et membre du bureau central de l'Association Marocaine des Droits Humains.

- Abdelwahed Moutawakkil; président du cercle politique de la jamaa Adl wa Ihsane.

- Bouchta Moussaif, membre du secrétariat général du cercle politique de la jamaa Adl wa Ihsane

Post Top Ad

Your Ad Spot

Pages