Les derniers articles

Post Top Ad

Your Ad Spot

3 juil. 2020

Vu sur les réseaux sociaux: le Maroc accuse Omar Radi de travailler pour les services secrets britanniques MI6


Le procureur général du roi près la Cour d’appel de Casablanca a annoncé le 24 juin dernier que le journaliste Omar Radi a été convoqué pour faire l'objet d'une enquête sur son implication présumée dans une affaire d’obtention de financements de l’étranger en lien avec agences de services de renseignement. 

Le journaliste a été convoqué ce jeudi 2 juillet pour la deuxième fois par la Brigade nationale de la police judiciaire (BNPJ).

La convocation du journaliste vient après que l'ONG Amnestey International a affirmé le 22 juin que le logiciel d'espionnage controversé de la firme israélienne NSO, avait été utilisé par les autorités marocaines pour espionner le journaliste.

Un virulent communiqué du gouvernement marocain diffusé hier n'a pas hésité à colporter de théories complotistes pour contrer l'ONG, en qualifiant le journaliste Omar Radi de "journaliste-stagiaire" en vue de le dénigrer et de sous-estimer son importance et sa valeur.

Le même communiqué a prétendu que Radi a des liens avec un officier d’une puissance étrangère. Le communiqué n'a mentionné ni la nationalité, ni les services pour qui travaille cet officier, mais a précisé qu’il a fait l’objet de fuites en 2013.

Après ce communiqué, le site controversé et réputé proche du palais royal Le360, dont les méthodes ont été mises en lumières par le journal Le Monde, indique que l'officier de la puissance étrangère en question est un officier de MI6, le service des renseignements extérieurs du Royaume-Uni.

Immédiatement après l'article de Le360, la toile a été scandalisée et l'allégation a été abondamment moquée sur les réseaux sociaux, comme l'indiquent ces publications sur Twitter:






Post Top Ad

Your Ad Spot

Pages