Les derniers articles

Post Top Ad

Your Ad Spot

8 août 2020

Habib El Hannoudi: « Je continuerai à me battre pour la libération des autres détenus politiques »

DR
Habib El Hannoudi, l'une des figures de proue du mouvement du Rif, qui a été arrêté et emprisonné après la campagne d'arrestations visant les militants de ce mouvement pacifique, qui réclamait le droit de vivre dignement. Il était l'un des détenus qui ont été libérés il y a quelques jours en vertu d'une "grâce" royale à l'occasion de la fête du trône. 

Dans ce contexte, El Hannoudi a accordé une interview exclusive au site arabophone Al Minassa. Celui-ci a indiqué que l'ex détenu n'a pas hésité à accepter de donner l'interview alors même qu'il est dans une période où il a besoin de se reposer et de réorganiser sa vie après avoir subi les privations de l'emprisonnement loin de sa famille.

Quant aux raisons de la libération, El Hannoudi a expliqué dans l'interview qu'il y a des détails qu'il ne souhaite pas divulguer pour l'instant. Mais ce qui est certain, c'est qu'il n'y a eu aucune demande de grâce de la part des détenus. « Personnellement, je n'ai signé aucune demande de grâce depuis mon arrestation jusqu'à ma libération », a t-il précisé. 

El Hannoudi a indiqué qu'il ne sait pas pourquoi la libération ne comprenait pas tous les détenus en expliquant: « Concernant notre libération de la prison de Tanger, je pense que cela est dû à notre expression claire de notre volonté de dialoguer avec toute institution constitutionnelle de l'Etat et de notre volonté de clarifier nos positions politiques liées à l'unité nationale et à l'action politique et civile ».

Concernant le moment de son arrestation, El Hannoudi déclaré qu'il a été arrêté à la gare routière de Tanger vers 18 heures. « Je n'avais pas fini mon travail de chauffeur de bus. C'était le 31 mai 2017, et le ministre de la Justice avait ordonné au parquet de respecter les conventions internationales que le Maroc avait ratifiées, notamment celles relatives à la torture. Par conséquent, je n'ai subi aucun mauvais traitement pendant ma détention, contrairement à ce qui est arrivé à Nasser Zefzafi, Mohamed El Hakki et d'autres qui ont été arrêtés avant moi. La phase de détention avant le procès a été très difficile, surtout lorsque neuf autres détenus et moi avons été transférés dans le quartier 6 de la prison d'Oukacha, et dans lequel Nasser Zefzafi était dans une cellule individuelle ».

El Hannoudi a souligné qu'il continuera à se battre pour la libération des autres détenus politiques. « Si vous remarquez, notre libération a eu lieu à l'occasion de la fête du trône et non à une occasion religieuse, et cela signifie que la libération était politique. Je pense que la poursuite du dialogue avec l'une des institutions constitutionnelles de l'Etat portera ses fruits à l'avenir. Je vous rappelle que nous étions des gens de dialogue dès le début du mouvement, malgré les difficultés qui existaient à l'époque. Je vous rappelle que nous avons publié un communiqué à cet égard après le 40ème jour du martyr Mohcin Fikri ». 

Aucun commentaire:

Publier un commentaire

Post Top Ad

Your Ad Spot

Pages