Les derniers articles

Post Top Ad

Your Ad Spot

24 août 2020

Le Maroc doit cesser d'utiliser les allégations d'agressions sexuelles pour faire taire la dissidence

DR
Une journaliste marocaine, qui s'est exilée en Tunisie, accuse dans un article sur le Washington Post le régime marocain de l’avoir obligée à dire qu’elle était une des victimes du journaliste Taoufik Bouachrine condamné à 15 ans de prison ferme. Elle décrit comment les interrogateurs ont fait pression sur elle pour qu'elle avoue que Bouachrine l'avait agressée sexuellement, et comment la police a falsifié ses déclarations, et que des extraits de son prétendu témoignage ont été divulgués à des médias d'État.

Le 29 juillet, les autorités marocaines ont arrêté le journaliste Omar Radi après plus d'un mois d'enquête sur des allégations de collaboration avec des services de renseignement étrangers. Le jour de son arrestation, le procureur a annoncé que Radi était également accusé de viol. Radi fait maintenant partie des nombreux journalistes indépendants que le régime marocain a accusé d'agression sexuelle.

Il peut être surprenant d'entendre que je suis sceptique - en tant que Marocaine et en tant que personne ayant vécu les malheureuses réalités du harcèlement sexuel au Maroc - au sujet de ces accusations. Si les agressions et les abus sexuels de toute sorte sont odieux et méritent toujours une enquête sérieuse, il y a de bonnes raisons de croire que ces allégations sont exploitées à des fins politiques. Pourquoi ? Parce que j'ai moi-même vu cela se produire.

Ma vie a été bouleversée le 24 février 2018, lorsque j'ai reçu un appel de la police nationale. Ils m'ont convoqué pour un interrogatoire suite à l'arrestation de Taoufik Bouachrine, journaliste et rédacteur en chef du quotidien indépendant Akhbar al-Yaoum. Pendant plus de huit heures, les interrogateurs ont fait pression sur moi pour que j'avoue que Bouachrine m'avait agressée sexuellement. Je dis "avouer" parce que, à partir de ce moment, il était clair que si je refusais de me conformer à la description du régime comme étant une "victime", je subirais le sort d'une "criminelle".

Ce jour marquera le début d'une série d'événements traumatisants. Quelques jours après l'interrogatoire, j'ai vu non seulement que la police avait falsifié mes déclarations, mais aussi que des extraits de mon prétendu témoignage avaient été divulgués à des médias d'État. En réponse à cet abus de pouvoir flagrant, j'ai déposé une plainte pour faux témoignage auprès de la Cour de cassation de Rabat.

Peu de temps après, la police m'a enlevé - sans présenter de mandat - de la maison d'un ami chez qui je logeais, après avoir encerclé le bâtiment avec plusieurs agents de sécurité. La police m'a conduit directement au tribunal, où le procureur m'a interrogé pendant plusieurs heures, en insistant tout au long de l'interrogatoire sur le fait que c'était moi qui avais falsifié le témoignage. Plus tard dans la journée, le procureur a tenu une conférence de presse au cours de laquelle il a projeté une vidéo muette de mon premier interrogatoire - une vidéo dont j'ignorais l'existence. Des captures d'écran de cette vidéo ont également été incluses dans des articles sur mon affaire dans les médias d'Etat. Immédiatement après, le procureur a annoncé qu'il m'accusait de diffamation et de faux témoignage. En un temps record, j'ai été rapidement condamné à six mois de prison, sans accès à un avocat. Bien que j'aie déposé une requête en appel, le tribunal a maintenu ma peine.

Pendant tout ce processus, qui a abouti à la condamnation de Bouachrine et à une peine de 15 ans de prison, j'ai subi de multiples formes de harcèlement et de torture psychologique. En plus des nombreuses heures d'interrogatoire, les autorités ont illégalement infiltré la maison de mon ami, coupant l'eau et l'électricité. J'ai été constamment harcelée et diffamée par les médias d'État, qui, en un souffle, sont passés de la sympathie pour moi en tant que victime présumée d'une agression sexuelle à la dégradation de mon personnage par des insultes diffamatoires et en me qualifiant de coupable. Dans un cas, l'accusation est allée jusqu'à m'accuser de souffrir du syndrome de Stockholm, tandis que les avocats des victimes présumées de Bouachrine ont prétendu à tort que j'avais participé à une vidéo pornographique.

À aucun moment de cette épreuve, je ne me suis sentie en position de force. Je n'ai pas non plus cru une seule seconde que le régime marocain agissait dans mon intérêt. Au contraire, je me suis retrouvée engagée dans un processus juridique douteux qui m'a privée de mon pouvoir et de ma dignité. C'est dans ces circonstances que j'ai fini par décider de fuir mon pays d'origine et de chercher refuge en Tunisie, loin de ma famille et de mes proches.

Plus de deux ans plus tard, Bouachrine est toujours en prison pour des accusations d'agression sexuelle. Avant l'arrestation de Radi, les autorités ont arrêté le journaliste Soulaiman Raissouni pour des allégations d'agression sexuelle en mai 2020. Non seulement Raissouni était un ancien collègue de Bouachrine à Akhbar al Yaoum, mais sa nièce, la journaliste Hajar Raissouni, a également été arrêtée l'année dernière pour des allégations selon lesquelles elle aurait pratiqué un avortement et aurait eu des relations sexuelles extraconjugales (tous deux considérés comme des crimes en vertu du droit marocain). Le même régime qui prétend défendre les victimes d'agressions sexuelles a soumis Hajar Raissouni à un examen médical violemment coercitif pour étayer les accusations d'avortement portées contre elle.

Comme Bouachrine, Omar Radi a été pris pour cible par les autorités bien avant son arrestation récente et son accusation de viol. En décembre dernier, Radi a été arrêté et inculpé pour un tweet. Avant son arrestation le mois dernier, Amnesty International a révélé qu'il avait également été visé par un logiciel espion du groupe privé NSO, que seuls les gouvernements ont la capacité d'acheter et de déployer.

La violence sexuelle, comme partout ailleurs dans le monde, reste une réalité malheureuse au Maroc. Pourtant, en ciblant de manière sélective les journalistes indépendants, le régime envoie un message inquiétant aux victimes et aux survivants, à savoir que les seules allégations qu'ils souhaitent prendre au sérieux sont - commodément - celles qui visent les critiques les plus sévères du régime. Non seulement cela banalise la violence sexuelle, mais cela laisse présager un avenir troublant pour la liberté de la presse au Maroc.

Par Afaf Bernani
Lire l'article original en anglais sur le Washington Post

Aucun commentaire:

Publier un commentaire

Post Top Ad

Your Ad Spot

Pages