Les derniers articles

Post Top Ad

Your Ad Spot

11 août 2020

Maroc. Plus de 400 artistes, écrivains, réalisateurs et acteurs culturels dénoncent « la répression policière » et « les médias de diffamation »

Imzouren, Rif, le 2 juin 2017.

Un manifeste intitulé "Cette ombre est là" et signé par plus de 400 artistes, écrivains, réalisateurs et acteurs culturels a été publié ce mardi pour dénoncer « la répression policière » et « les médias de diffamation ».

« Depuis quelque temps, les médias réactionnaires de diffamation jouent aussi un rôle important dans cette perversité. Ils se placent dans la continuité directe du quadrillage policier et répressif des Marocain.es. Les activistes et journalistes indépendant.e.s subissent des lynchages publics. Les accusations sont infondées, les militant.e.s sont filmé.e.s à leur insu, leur intégrité est bafouée, leurs vies privées sont exhibées… », peut-on lire dans le manifeste. 

Les initiateurs du manifeste affirment avoir été constamment témoins d’injustices quotidiennes subies par des individu.e.s et des communautés qui se sont prononcé.e.s sur leurs conditions de vie, tout en dénonçant le rôle des médias de diffamation qui ont contribué de manière importante à des violations flagrantes des droits humains. « Quel est le rôle des médias et de la culture dans notre société? Est-ce de chercher, discuter, analyser, critiquer, contredire, investiguer, déconstruire, penser, transgresser, imaginer et créer? Ou est-ce de diffamer, criminaliser, blâmer, distraire, insulter, intimider et harceler? Aujourd’hui, plus que jamais, les médias de diffamation appartiennent à cette dernière catégorie. Il est nécessaire d'assumer notre rôle dans la société. Notre silence ne doit pas renforcer la répression et l'abus de pouvoir », souligne le manifeste. 

Le manifeste fait référence également à plusieurs cas de répression et d'abus de pouvoir, comme le cas d'Omar Radi, les habitant.e..s de Jerada et de Tamassint. 

« Si ces violations de nos droits élémentaires continuent de se produire au quotidien, c’est que nous sommes tout.e.s constamment en danger », conclut le manifeste. 

Aucun commentaire:

Publier un commentaire

Post Top Ad

Your Ad Spot

Pages