Les derniers articles

Post Top Ad

Your Ad Spot

25 août 2020

Prisonniers politiques au Maroc: perte de connaissance, vomir du sang et grèves de la faim

Achraf Moudid et Mahmoud Behnnouch
Sale temps pour les prisonniers politiques rifains dans les gêoles du régime alaouite au Maroc. D'après leurs familles, ils sont lentement conduits à une mort certaine sans que cela ne donne une once de conscience à qui que ce soit. Perte de connaissance, vomir du sang et grèves de la faim, ce sont certains calvaires qu'ils vivent dans les prisons. C'est le cas notamment de Mahmoud Bouhennouch et d'Achraf Moudid. 

« J'ai tout juste reçu un appel du prisonnier politique Mahmoud Bouhennouch, qui est à la prison de Selouan, et qui m'a dit qu'il faisait toujours une grève de la faim et qu'il continuerait la bataille des tripes vides jusqu'à ce que leurs demandes soient satisfaites. Lors de sa conversation avec moi, je l'ai à peine entendu et il semblait complètement épuisé par la grève, alors qu'il m'a dit qu'il avait vomi du sang dimanche dernier et que son état se détériorait beaucoup alors qu'il était isolé avec Bilal Ahabad, le gréviste de la faim également dans un lieu ressemblant à un cachot, privé des droits les plus fondamentaux en prison », indique l'ex prisonnier politique Jawad Sabiri sur Facebook. 


Pour rappel, Le prisonnier politique Mahmoud Bouhennouch est né le 28 /09/ 1997, et a été condamné à 15 ans de prison ferme en 2017. Il a été accusé d'atteinte à la sécurité de l'État, et n'a été entendu par le juge qu'après la présence d'un traducteur, puisqu'il ne maîtrise que le rifain. « C'était le premier jour du Ramadan, à 6 heures du matin, lorsque je me suis réveillé aux cris de mes frères et de mes parents, alors je croyais que c'était le tremblement de terre, il s'est avéré plus tard qu'ils sont venus pour m'arrêter », a-t-il raconté son arrestation devant le juge qui l'a condamné à 15 ans de prison ferme.

Jawad Sabiri a indiqué également dans le même post sur Facebook que le détenu Achraf Moudid « est dans un état très grave et qu'il a également vomi du sang. Il a récemment été transféré au bureau du directeur de l'établissement en raison de son état de santé difficile ».

L'activiste Warda El Ajjouri a indiqué la même chose sur Facebook après avoir été en contact avec la mère d'Achraf Moudid. « La mère d'Achraf Moudid vient de me dire que son fils l'a appelée pour lui dire qu'il vit l'agonie à l'hôpital, et la ligne a été coupée avant qu'il n'ait fini de parler ». Warda a ajouté en citant la mère d'Achraf Moudid : « Mon fils respire difficilement, je ne sais pas si je le retrouverai vivant demain ».


Pour rappel, Achraf Moudid a tenté, lundi 17 août, de mettre fin à ses jours dans sa cellule à la prison de Selouan.

La sœur du détenu avait expliqué sur sa page Facebook que son frère avait échappé à une mort certaine après avoir consommé un liquide destiné au nettoyage et à la désinfection dans sa cellule.

Elle a attribué les raisons de l'acte de son frère emprisonné au « harcèlement et à la torture dont il est l'objet et menés par le directeur de l'établissement pénitentiaire à Selouan ».

Achraf Moudid a été arrêté en raison de son activisme au sein du mouvement du Rif, et a été condamné à une peine de 20 ans d'emprisonnement par le régime alaouite.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire

Post Top Ad

Your Ad Spot

Pages